Jean-Marc Ayrault et François Hollande à l'Elysée, le 7 janvier 2014
Jean-Marc Ayrault et François Hollande à l'Elysée, le 7 janvier 2014 —

SONDAGE

EXCLUSIF: Les Français massivement favorables à un remaniement avec changement de Premier ministre

Selon un sondage Ifop-SAS pour «20 Minutes» et iTélé…

Au moins, le message est clair et ne souffre aucune ambiguïté. Les Français souhaitent à 76% que François Hollande procède à un remaniement, selon un sondage Ifop SAS pour 20 Minutes et iTélé réalisé dimanche lors du premier tour des municipales. Et tout aussi massivement, à 69%, les sondés réclament que ce changement de gouvernement donne lieu à un changement de Premier ministre. «Ces chiffres sont le reflet du rejet inédit de l’exécutif sous la Vème République et le reflet du vote sanction que l’on a constaté au premier tour des municipales», note Frédéric Dabi, directeur général  adjoint d’Ifop.

Les électeurs du Front de gauche désabusés

«Ce qui est surprenant, ajoute-t-il, c’est que le souhait de remaniement soit si fort, y compris dans l’électorat de gauche.» En effet, cette volonté de chambouler l’équipe gouvernementale traverse majoritairement tous les électorats:  y sont favorables 54% des électeurs du Front de gauche, 61% de ceux du PS, 63% de ceux d’Europe Ecologie-Les Vets, 66% de ceux du MoDem, 95% de ceux de l’UMP et 90% de ceux du FN. «A droite et au FN, il y a une hostilité totale vis-à-vis de l’exécutif. Au PS, on espère un remaniement pour infléchir la politique et retrouver un peu de popularité», explique Frédéric Dabi.

La seule légère éclaircie pour Jean-Marc Ayrault se situe du côté des électeurs du Front de gauche, les seuls à se déclarer minoritairement (43%) en faveur d’un changement de Premier ministre, quand 52% des électeurs socialistes et écologistes le réclament (93% à l’UMP, 84% au FN).  Rien à voir cependant avec une mansuétude soudaine des électeurs de la gauche radicale à l’endroit de Jean-Marc Ayrault.  «Ils sont tellement hostiles et désabusés à l’égard de la politique de Hollande qu’ils estiment que changer de Premier ministre ne changerait pas fondamentalement les choses», analyse Frédéric Dabi.

METHODOLOGIE

Sondage réalisé en ligne le 23 mars auprès de 2.760 électeurs, issus d’un échantillon représentatif de 3.003 personnes résidant dans des communes de 1.000 habitants et plus, établi selon la méthode des quotas.