Municipales 2014: «Les Parisiens nous ont accordés une grande confiance», affirme Christophe Najdovski (EELV)

INTERVIEW Le candidat Europe Ecologie les Verts à la Mairie de Paris à rassemblé 8,9% des voix dans la capitale…

Jerome Comin

— 

Le candidat EELV à la mairie de Paris Christophe Najdovski, le 31 janvier 2014 dans la capitale française
Le candidat EELV à la mairie de Paris Christophe Najdovski, le 31 janvier 2014 dans la capitale française — Francois Guillot AFP

Une poussée verte dans la campagne. Avec 8,9 % dans la capitale, Christophe Najdovski a réussi à créer la surprise au soir de ce premier tour en ramenant en faisant d’EELV la troisième force politique dans la capitale. De quoi peser dans les négociations avec le PS pour le second tour.

Quelle analyse faites-vous de ce premier tour des municipales à Paris?

Je suis satisfait de voir que le désir d’écologie des Parisiens, que je ressentais sur le terrain depuis un moment, s’est matérialisé dans les urnes. Avec près de 10 % des voix dans la capitale, les Parisiens nous ont accordé une grande confiance qui nous donne satisfaction importante qui s’accompagne d’une grande responsabilité.

Vous vous retrouvez désormais en position de force pour négocier avec le PS en vue du second tour…

Ce sont surtout les électeurs qui ont décidé de nous mettre en position de force et qui ont ainsi voulu montrer que l’on a besoin de respirer dans la capitale. J’appelle désormais à un large rassemblement pour ce second tour et j’espère désormais que la politique va sortir de son schéma traditionnel. Mais ce rassemblement avec les forces de gauche doit se faire dans le cadre d’un partenariat respectueux.

Pensez-vous que les épisodes qui ont touché la capitale la semaine dernière ont pu pousser les électeurs à voter pour les écologistes?

Ce long épisode aux particules fines a mis en évidence l’absence de réponse du côté de NKM et de réaction de la part d’Anne Hidalgo. Les Parisiens ont vu que nous avions de notre côté des propositions pour agir aussi bien dans l’urgence que sur le long terme.