Municipales 2014: Vague bleue sur Bordeaux et son agglomération

POLITIQUE Donné favori, Alain Juppé a créé la surprise par l’ampleur de son score (60,9%). Plusieurs communes de l’agglomération ont basculé à droite, ce qui laisse de fortes chances au maire de Bordeaux de ravir la présidence de la CUB à son adversaire Vincent Feltesse...

Mickaël Bosredon, Elsa Provenzano, Marc Nouaux

— 

Alain Juppé réélu maire de Bordeaux. 
 
Alain Juppé réélu maire de Bordeaux.   —

Il a débarqué en superstar à la mairie, vers 22h. Alain Juppé abordait dimanche soir son quatrième scrutin municipal serein, fort de sondages très favorables. Ils ont été confortés, puisque les résultats à 22h30 l’affichaient à 60,9%, contre 22,5% à son adversaire Vincent Feltesse (PS). Au-delà des meilleures prévisions. Comme quoi, la démobilisation de l’électorat de droite, qu’il a craint, n’a pas eu lieu.

L’abstention à Bordeaux a été certes très forte, puisque la participation était estimée à 55%, contre 61% en 2008, mais elle aurait été supérieure dans les cantons plutôt situés à gauche, à savoir le quartier de la Bastide, de Bordeaux nord et Bordeaux sud. Au niveau de la Gironde, le taux de participation se situait aux alentours de 62,7 %.

Le score écrasant du maire de Bordeaux confirme en tout cas une vague bleue au niveau de l’agglomération bordelaise.

«C’est très mal parti pour la CUB» confirme la gauche

«On savait qu’on allait perdre Bordeaux, mais la communauté urbaine (CUB) c’est dur et c’est une surprise», a réagi Jean-Marc Biadiafouné, 51 ans, militant PS. «Les tendances annoncées par les sondages se confirment, Alain Juppé fait un très gros score. C’est très mal parti à la CUB, et c’est un euphémisme», a commenté Matthieu Rouveyre, porte parole de Vincent Feltesse, et leader de l’opposition socialiste au conseil municipal de Bordeaux.

Parmi les autres candidats en lice à Bordeaux, le candidat du Front National Jacques Colombier recueille 6,6% des voix, Vincent Maurin du Front de gauche réalise 4,6 %, Yves Simone (sans étiquette) fait 2,7%, Philippe Poutou du Nouveau Parti Anticapitaliste 2,51 % et Fanny Quandalle de Lutte Ouvrière 0,51%. Un score qui va permettre au FN d’avoir un élu au conseil municipal de Bordeaux.

Pour Vincent Feltesse, «le premier parti de France, ce soir, ce sont les abstentionnistes. Le Front national est en tête dans beaucoup de villes. Mon propos n’est pas de diminuer le score de Juppé, mais c’est une situation exceptionnelle». Il a appelé à un sursaut républicain au niveau national, dans toutes les villes dans lesquelles le FN est présent au second tour.

Des résultats favorables à la droite quasiment partout

Au niveau de la Communauté urbaine de Bordeaux, les résultats dimanche soir  laissent supposer que l’agglomération basculerait à droite. Inespéré pour le groupe Communauté d’avenir (qui rassemble les listes UMP-UDI et MoDem sur les 27 communes de l’agglomération de Bordeaux) qui n’en attendait certainement pas tant dès le premier tour.

Le Taillan-Médoc, détenue par le patron du PS en Gironde, Ludovic Freygefond, a basculé à droite en faveur d’Agnès Laurence Versepuy (56,4 %), ainsi qu’Ambès et Artigues. A Saint-Médard-en-Jalles, il y aura un deuxième tour, mais le ballottage est favorable à la droite. Enfin, dans des bastions de la gauche, à savoir Pessac et Mérignac, les résultats étaient très serrés. Beaucoup plus qu’en 2008. Ce qui pourrait entraîner des pertes de sièges au niveau de la communauté urbaine.

Ainsi, à Mérignac, si le candidat du PS Alain Anziani (PS) arrive en tête sans surprise avec environ 45% des voix, son challenger Thierry Millet (UDI) totalisait 37,8%. Le FN crée la surprise avec 10,3% des voix. Rappelons que dans cette ville, la deuxième de la communauté urbaine avec près de 60.000 habitants, l’ancien maire Michel Sainte-Marie (PS), avait totalisé 63,45% en 2008!

A Pessac, les résultats sont encore plus serrés. Le candidat de la droite Franck Raynal totalise 37,29% contre 39,37% pour le maire sortant Jean-Jacques Benoît. En revanche, avec 9,03% le FN n’est pas en mesure de se maintenir. Mais ses électeurs joueront un rôle d’arbitre au second tour. A Talence, le maire sortant Alain Cazabonne (MoDem) repasse dès le premier tour, mais de justesse (50,7 %).

Carbon-Blanc, Artigues, Ambès ont elles basculé à droite dès le premier tour. Il y a donc eu une véritable vague bleue dimanche soir sur la communauté urbaine, qui a de fortes chances de basculer à droite.

Très surveillée, Bruges a elle résisté, puisque Brigitte Terraza arrive en tête avec 52,24%. Sans surprise, le maire sortant de Bègles, Noël Mamère (écologiste indépendant) a été réélu dès le premier tour avec 51,74% des voix, mais le FN totalise 12,15%.

Le maire sortant de Bordeaux, qui s’est positionné comme le leader de la droite sur la communauté urbaine, a annoncé qu’il fallait se «mobiliser» pour le deuxième tour, afin de «conforter» ce résultat pour son groupe. Alain Juppé est désormais confiant, et en bonne position, pour ravir la présidence de la CUB à Vincent Feltesse. «Je pense que nous allons la reconquérir», a-t-il annoncé.