Bordeaux: Alain Juppé dénonce «une sanction massive contre la politique gouvernementale»

MUNICIPALES Le Maire de Bordeaux, réélu avec 60,9% des voix au premier tour retire plusieurs enseignements de ce scrutin..

Marc Nouaux

— 

Alain Juppé, réélu maire de Bordeaux, le dimanche 23 mars 2014.
Alain Juppé, réélu maire de Bordeaux, le dimanche 23 mars 2014. — S. Ortola / 20 Minutes

Facile vainqueur avec 60,9% des voix de son opposant socialiste Vincent Feltesse (qui n’a obtenu que 22,5 %), Alain Juppé, le Maire de Bordeaux a souhaité tirer plusieurs enseignements de ce scrutin. Au niveau national

Il a reçu le message de l’abstention.  «Nous avons ajouté un regard sur ce qui se passe au niveau national. Il y a plusieurs sujets de préoccupation. D’abord la montée de l’abstention, elle a progressé à Bordeaux aussi, sans doute parce que dans l’esprit de beaucoup, le résultat paraissait presque acquis et vous savez combien je me suis battu contre cette idée car rien n’est jamais acquis. Il y a aussi la progression de l’abstention au niveau national et c’est inquiétant car jusqu’à présent les élus locaux et les maires étaient considérés comme des élus de proximité qui intéressaient les électrices et les électeurs. On voit là-aussi une distance se créer et je crois que ça doit nous amener à une réflexion pour l’avenir.»

Une sanction nationale contre la gauche. «La deuxième leçon de ce scrutin c’est que c’est une sanction massive contre la politique gouvernementale car c’est cela aussi le message de ce premier tour. J’avoue que j’ai été sidéré par la réaction du premier ministre qui n’a pas eu l’air de comprendre le message. Il va donc falloir redoubler la dose au deuxième tour pour se faire comprendre. Cet échec de la politique gouvernementale, ce scepticisme des Français vis-à-vis du monde politique qui se traduit par la montée des extrêmes. »

Une joie mesurée pour une victoire facile. «On me reproche parfois de ne pas extérioriser mes sentiments. C’est ce que font les Landais… Ils sont un peu retenus mais je peux vous dire qu’au fond de moi-même ce soir [dimanche], j’éprouve une immense joie.»