1er tour des municipales: Poussée du FN dans plusieurs villes

POLITIQUE Tous les résultats des élections municipales par ici...

Maud Pierron
— 
Marine Le Pen, présidente de Front national, lors d'un meeting à Perpignan (Pyrénées-Orientales), le 15 mars 2014.
Marine Le Pen, présidente de Front national, lors d'un meeting à Perpignan (Pyrénées-Orientales), le 15 mars 2014. — no credit

Outre l'abstention, qui d'après les estimations sera record (autour de 35%), c'est le FN qui semble tirer parti de ce premier tour des élections municipales. En effet, le parti frontiste a remporté dès le premier tour la ville d'Hénin-Beaumont, et arrive en tête dans plusieurs communes comme Béziers (Hérault), Avignon (Vaucluse), Fréjus (Var) et Perpigan (Pyrénées-Orientales). A Marseille, le candidat FN Stpéphane Ravier est même arrivé en deuxième position, devant le socialiste Patrick Mennucci. Sur TF1, Marine Le Pen a parlé d'un «cru assez exceptionnel» et jugé que ces résultats actaient «la fin de la bipolarisation de la vie politique française». D'après les estimations, le FN, qui présentait 596 listes, pourrait se maintenir dans 200 villes, soit l'étiage haut.

>> Consultez les résultats de votre commune par ici

Et de fait, en axant leurs premières réactions sur le FN, l'UMP et le PS ont placé le parti de Marine Le Pen au centre du jeu politique de ces municipales. Jean-François Copé a d'emblée jugé «capital» que les électeurs frontistes «reportent leur voix» sur l'UMP au second tour. Il a par ailleurs confirmé que l'UMP n'accepterait aucun accord avec le FN en vue du second tour.

David Assouline, le porte-parole du PS, a de son côté noté une «hausse importante et inquiétante du FN» et jugé qu’il faut «tout faire pour l'empêcher de conquérir des villes». La porte-parole du gouvernement, Najat-Vallaud Belkacem, a affirmé dimanche soir que la majorité ferait «tout pour empêcher qu'un candidat FN emporte une municipalité». «La position du PS est très claire: nous ferons tout pour empêcher qu'un candidat FN emporte une municipalité», a-t-elle déclaré sur le plateau de France 2, ajoutant qu'elle aimerait bien connaître «les intentions des camps d'en face». Sans surprise, l'UMP devrait rejeter tout «Front républicain»

>> Toutes les réactions et les résultats dans notre live par ici

Mais ces résultats du FN ne pourront pas occulter le fait que la gauche recule. Niort, par exemple, qui était géré depuis 60 par la gauche, a basculé à droite. A Reims, la maire sortante socialiste Adeline Hazan est devancée par l'UMP Arnaud Robinet (38% contre 40%) et Amiens, l'UMP a même 20 point d'avance sur la liste du maire sortant socialiste. A Nancy, l'une des villes de droite de plus de 100.000 habitants que la gauche espère faire basculer, l'UDI Laurent Hénart serait largement en tête à 41,4% contre 34,8% au socialiste Mathieu Klein, selon une estimation TNS-Sofres-Sopra. Pour la ministre Cécile Duflot, une «forme de déception s'est exprimée» à travers le taux d'abstention au premier tour des municipales. «Il ne faut pas mettre la tête dans le sable» et il «faut être lucide».

Du côté de l'UMP, Laurent Wauquiez au Puy-en-Velay, Jean-François Copé à Meaux ont été réélu au premier tour. Au centre, Hervé Morin (président du Nouveau Centre) a été réélu dans sa commune d'Epaignes, village de 1.500 habitants de l'Eure, avec le score de 71,97%. Et l'ancien ministre et député UDI Yves Jégo a été réélu à 77% à Montereau-Fault-Yonne (Seine-et-Marne).

>> Comment réagissez vous aux résultats du premier tour des municipales? Dites-nous via contribution@20minutes.fr