Municipales 2014: Les neuf choses à savoir avant dimanche

POLITIQUE  A deux jours du premier tour, «20 Minutes» vous dévoile les neuf faits à savoir…

Anne-Laëtitia Béraud avec AFP

— 

Une personne insère un bulletin de vote dans un urne
Une personne insère un bulletin de vote dans un urne — Franck Fife AFP

Combien y a-t-il de candidats à ces élections?

Il y en a exactement 928.901, selon le ministère de l’Intérieur, soit trois fois plus de candidats qu’en 2008 (270.000). Pourquoi cette augmentation spectaculaire? Parce qu'il faut désormais déclarer obligatoirement sa candidature, même dans les petites villes. Mais, dans les villes de plus de 3.500 habitants, les candidatures sont tout de même en hausse de 12%: 9.630 listes en 2014, contre 8.578 en 2008.

Pourquoi ces municipales sont-elles importantes pour de prochaines échéances électorales?

«Réussir» ces municipales conditionne d’autres échéances électorales. En effet, un succès à l’élection présidentielle passe par une solide implantation locale: la victoire de François Hollande à la présidentielle de 2012 couronnait une succession de victoires -municipales, cantonales, régionales- qui furent des points d'appui pour la gauche.

On dit madame le maire ou madame la maire?

On peut dire le maire, madame le maire ou madame la maire, les trois formules sont acceptées, rappelle le ministère de l’Intérieur.

Quel est l’âge moyen des candidats?

Selon le ministère de l’Intérieur, «l’âge moyen est de 50 ans». Le candidat le plus jeune est une femme qui aura 18 ans le 22 mars (veille du 1er tour) en lice au Mémont, un village du Doubs de quelque 300 habitants, le plus âgé est aussi une femme centenaire de bientôt 103 ans (elle est née le 14 mai 1911), candidate à Marseille.

Concrètement, comment vais-je voter dimanche?

Au fur et à mesure de leur arrivée, les électeurs présentent leur carte électorale et leur pièce d’identité, afin qu’on puisse vérifier qu’ils sont bien inscrits sur les listes électorales. Ils prennent ensuite une enveloppe électorale et les différents bulletins de vote. Ils doivent se rendre alors dans un isoloir pour introduire dans l’enveloppe le bulletin qu’ils ont choisi. Les électeurs vont alors vers l’urne, où ils présentent à nouveau leur carte électorale et leur pièce d’identité. A l’appel de leur nom, ils glissent leur bulletin dans l’urne, avant de signer à côté de leur nom sur la liste prévue à cet effet.

Que se passe-t-il dans les villes où il n’y a pas de candidat?

Cette année, 64 communes se retrouvent sans candidat au premier tour. Si personne ne se déclare candidat pour le deuxième tour dans ces villes, le préfet donnera une délégation spéciale à trois électeurs qui assureront l’intérim durant trois mois… avant l’organisation de nouvelles élections. S’il y avait à nouveau pénurie de candidats, la commune est dissoute et fusionnée avec une autre.

>> Notre reportage : Suspense à Gironde-sur-Dropt, ville sans candidat

Combien y a-t-il de candidats étrangers?

Pour ces municipales, 2.743 candidats sont des ressortissants européens. Dans le palmarès, arrivent en tête les Portugais (752) suivis des Belges (406) et des Britanniques (389). Vingt-quatre nationalités sont représentées, les moins nombreux étant les Lettons, les Lituaniens, Chypriotes et Croates (deux candidats chacun).

Comment connaître les résultats?

En fin de journée, le président du bureau de vote proclame les résultats et les fait afficher dans la salle de vote. Sinon, il y a les médias, et notamment 20 Minutes

Si je vote blanc, sera-t-il reconnu?

Le vote blanc est considéré comme nul à ces municipales. Il ne sera recensé en tant que tel qu’à partir des prochaines élections européennes.