Ayrault appelle les républicains à tout faire pour qu'il n'y ait aucun maire FN

ÉLECTIONS A l'issue des élections municipales dont le premier tour se déroule dimanche...

B.D. avec AFP

— 

Jean-Marc Ayrault dans la cour de l'Elysée à l'issue du Conseil des ministres le 19 mars 2014 à Paris
Jean-Marc Ayrault dans la cour de l'Elysée à l'issue du Conseil des ministres le 19 mars 2014 à Paris — Alain Jocard AFP

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a appelé les républicains à «tout faire» pour qu'il n'y ait pas de maire FN à l'issue des élections municipales dont le premier tour se déroule dimanche.

«Les républicains devraient tout faire pour qu'il n'y ait aucune possibilité qu'il y ait un maire Front national dans une commune de France», a déclaré le chef du gouvernement dans une interview à Radio J, recueillie dans l'avion le ramenant de Toulouse mercredi soir et diffusée ce jeudi matin. Sinon, «c'est un échec pour la République, parce qu'on sait bien que le Front national se développe sur le désarroi et les peurs, mais il n'apporte aucune solution», selon lui.

«Gabegie, magouille, combines»

«D'ailleurs, il suffit de se référer aux expériences de mairies Front national, ça a toujours été la gabegie, la magouille, les combines», a accusé le chef de gouvernement. «Ils ont ruiné les communes», «ils devaient protéger les gens et c'est l'inverse qui s'est passé, c'est pour ça qu'ils ont fini par disparaître», a affirmé Jean-Marc Ayrault. «Mais c'est des gens qui ne renoncent jamais», a-t-il averti.

Donc une gestion des communes par le parti de Marine Le Pen, «c'est contre l'intérêt des Français», a dit le Premier ministre, insistant: «L'expérience nous montre que ça a toujours été un mauvais service rendu aux habitants de ces communes.»

«Au soir du premier tour, les socialistes diront -je serai le premier à le dire: tout faire pour empêcher l'élection d'un maire Front national», a encore déclaré Jean-Marc Ayrault. Il était venu exprimer à Toulouse «l'affection et la solidarité de la Nation tout entière" aux proches des victimes des crimes perpétrés en 2012 par Mohamed Merah.