VIDEO. Rennes: La sécurité, nouvelle invitée

MUNICIPALES Réputée paisible, la ville a vu la délinquance progresser...

Camille Allain et Jérôme Gicquel

— 

Les policiers estiment que la situation s'est dégradée ces dernières années.
Les policiers estiment que la situation s'est dégradée ces dernières années. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

«Ça fait cinq ans que la situation se dégrade. On n'a pas assez de moyens pour lutter. » Comme beaucoup de ses collègues, ce policier rennais est amer, animé par un sentiment d'impuissance. Réputée tranquille, Rennes voit progressivement une petite délinquance s'installer dans ses rues. Si le nombre d'agressions demeure limité, c'est au trafic de stupéfiants que les candidats souhaitent s'attaquer.

Caméras de surveillance : la solution ? - Le 17/03/2014 à 14h00

 

Leader de la liste Rennes Bleu Marine, Gérard de Mellon propose « l'accroissement significatif du réseau de vidéosurveillance » ainsi que « le renforcement de la police municipale et sa dotation en armes non létales comme le Taser ». Une proposition d'armer la police que réfute Matthieu Theurier (Changez la ville), qui souhaite « privilégier la prévention et la médiation ».

Dépénalisation du cannabis

La plupart des candidats se prononcent également en faveur de l'îlotage des agents municipaux. Bruno Chavanat (Osons Rennes) propose de « doubler la présence de la police municipale dans les quartiers les plus sensibles afin de prévenir la petite délinquance ». Dans le même sens, Nathalie Appéré (Rennes Créative et Solidaire) propose « une extension des horaires d'intervention de la police municipale en centre-ville ». Elle souhaite la création « d'un poste de médiateur chien » pour limiter l'errance et les regroupements. Sur ce point, Caroline Ollivro va plus loin et propose « la construction d'une fourrière canine spéciale ». La candidate de Rennes Bretagne Europe se distingue par ailleurs en proposant « d'ouvrir le débat sur la dépénalisation du cannabis au niveau de la région » pour « tenir à distance les dealers ».

 

■ Le Blosne, première ZSP très critiquée

Annoncée en décembre, la création de la première zone de sécurité prioritaire (ZSP) de Bretagne au Blosne a été perçue par beaucoup de candidats comme un « choix pré-électoraliste », renforcé par la visite de Manuel Valls quelques semaines plus tard. Créée en février, la ZSP permettra l'arrivée de sept nouveaux policiers dans le quartier. On ne sait pas encore s'ils seront affectés au commissariat du Blosne, aujourd'hui simple lieu de dépôt de plaintes.