VIDEO. Montpellier: La sécurité, une question d'effectifs

MUNICIPALES La sécurité est l'un des thèmes majeurs de la campagne...

Jérôme Diesnis

— 

Globalement, tous les candidats réclament des effectifs supplémentaires.
Globalement, tous les candidats réclament des effectifs supplémentaires. — Nicolas Bonzom / Maxele Presse

S'il est élu, Philippe Saurel le promet, il ira « faire le siège de la place Beauvau (le ministère de l'Intérieur) pour demander 50 policiers supplémentaires car la circonscription de police a été dégraissée d'un certain nombre d'effectif alors que son périmètre a été agrandi ». Auquel cas le candidat divers gauche souhaite adjoindre 50 nouveaux postes de policiers municipaux « pour la police de proximité ».

Caméras de surveillance : la solution ? - Le 17/03/2014 à 14h00

 

Globalement, tous les candidats réclament des effectifs supplémentaires. A droite, Felix Allary, qui deviendrait l'adjoint à la sécurité de Jacques Domergue (UMP/UDI/MoDem), veut aller encore plus loin et « doubler le nombre de policiers municipaux », qui sont 140 actuellement. Avec pour objectif d'en enrôler 60 immédiatement.

 

Une police de proximité

Ces policiers municipaux, Joseph Francis (UDI) et France Jamet (FN) souhaitent aussi les doubler, « et les armer», précise Joseph Francis. « Aujourd'hui, il n'est plus tolérable que lorsqu'un enfant va au collège ou prend le tramway seul, les parents se sentent obligés de lui faire prendre des cours de self-défense. » En termes de répression, France Jamet (FN) prône la « tolérance zéro ». Le FN veut que les « sept quartiers soient dotés de postes de police municipale, avec son équipe d'îlotiers, sa vidéoprotection et un référent du maire, en charge de la sécurité, bénévole ». Jean-Pierre Moure (PS/EELV) souhaite lui aussi rétablir une police de proximité « pour une autorité présente dans tous les quartiers aux côtés des citoyens». Le favori des sondages entend également créer des «conciliateurs de vie quotidienne», entre concierge et agent de médiation. « Ils seront garant de la tranquillité quotidienne au sein du quartier ou de la copropriété.»

 

■ Mieux utiliser la vidéosurveillance

Jacques Domergue souhaite doubler le nombre de caméras, actuellement au nombre de 200. « Ce n'est pas assez et certains quartiers sont totalement oubliés. » Un outil que France Jamet et Joseph Francis veulent étendre. « Le système actuel mérite d'être repensé, notamment dans des quartiers qui en sont dépourvus », précise Philippe Saurel, qui souhaite «un système de vidéosurveillance particulier, relié à un PC central pour les commerçants ».