VIDEO. Municipales 2014: Faut-il plus de policiers municipaux à Lyon?

SECURITE Les candidats restent divisés sur les moyens engagés pour faire baisser la délinquance...

Caroline Girardon

— 

M.Libert/20 Minutes

Après plusieurs années de baisse, le couperet est tombé. En 2013, la délinquance est repartie à la hausse dans le Rhône: +5%. Afin d'inverser la tendance, Gérard Collomb, le maire PS de Lyon, candidat à sa propre succession, propose de renforcer les effectifs de la police municipale qui compte 333 agents (contre 290 en 2001), auxquels il faut rajouter 80 autres, délégués au stationnement.

La vidéosurveillance ferait-elle l'unanimité ? - Le 17/03/2014 à 7:40

«Nous allons poursuivre nos efforts en recrutant davantage», promet Jean-Louis Touraine, chargé de la sécurité. Et d'annoncer la création d'une unité de sécurisation de plus de 50 policiers, «spécialement formés pour rétablir la tranquillité dans les quartiers sensibles.» Enfin, les berges du Rhône bénéficieront d'une brigade équestre.

Brigade équestre et canine

Christophe Boudot, candidat FN qui prône la «tolérance zéro», ambitionne d'armer les policiers municipaux et de créer une brigade de nuit qui viendrait épauler la police nationale: «Le manque d'effectif est criant, notamment la nuit où ne circulent qu'une à deux voitures de police par arrondissement». Michel Havard (UMP) promet de créer une brigade canine mobile et de déployer sur le terrain 100 policiers municipaux supplémentaires d'ici à la fin du mandat. «Nous mettrons en place une véritable politique d'îlotage dans chaque arrondissement, de jour comme de nuit», explique-t-il. Il envisage également de lancer une application SOS Alerte sur smartphone «afin que chacun puisse être protégé à tout moment».

Eric Lafond, candidat modéré, préfère «optimiser» les moyens existants en «rénovant les commissariats et en les dotant d'équipements informatiques plus performants». Sa priorité pour faire baisser la délinquance: lutter contre la récidive. Pour les Verts, la solution se trouve dans le «dialogue». Ils préconisent d'augmenter le nombre de médiateurs et le nombre de lieux où les jeunes peuvent se réunir. «Nous voulons aussi recentrer la police municipale sur ces missions premières : la proximité», déclare Etienne Tête.

Enfin, Aline Guitard, chef de file du PC-Front de gauche, estime que «seule la présence humaine peut faire la différence» et que «le meilleur outil reste l'éducation». Elle préconise aussi la présence de médiateurs sur le terrain qu'elle budgète à 1, 5 millions d'euros par an.