La Communauté urbaine, l'autre enjeu des élections dans l'agglomération de Bordeaux

MUNICIPALES Les 23 et 30 mars, les électeurs des 28 communes de la Communauté urbaine de Bordeaux, éliront aussi leurs conseillers communautaires. Ce qu'il faut savoir de ce scrutin...

Mickaël Bosredon et Elsa Provenzano

— 

Le maire socialiste de Blanquefort (Gironde), Vincent Feltesse, seul candidat, a été réélu vendredi président de la Communauté urbaine de Bordeaux (CUB) par 111 voix sur 120, conséquence logique de la signature d'un "accord de coopération" entre la gauche et la droite.
Le maire socialiste de Blanquefort (Gironde), Vincent Feltesse, seul candidat, a été réélu vendredi président de la Communauté urbaine de Bordeaux (CUB) par 111 voix sur 120, conséquence logique de la signature d'un "accord de coopération" entre la gauche et la droite. — Jean-Pierre Muller AFP

Alain Juppé l’a redit mardi matin: l’autre enjeu des élections municipales des 23 et 30 mars, c’est la communauté urbaine de Bordeaux. Favori dans sa ville, le maire sortant ne cache pas depuis des mois son envie de ravir la présidence de la CUB à son adversaire Vincent Feltesse. Le peut-il vraiment? Analyse.

Quelle est la situation actuelle? La gauche est majoritaire au conseil de communautés, avec 63 sièges contre 57 à la droite. Suite à la loi de 2010, ce nombre de conseillers sera ramené à 105 élus cette année. La ville de Bordeaux va ainsi perdre 5 sièges à la CUB, passant de 41 représentants à 36. La plupart des villes perdent un siège, et Pessac deux. Mais Bruges, au regard du dernier recensement Insee, en gagne un. «Si nous gardons le même rapport de force, cela donnera 58 conseillers à gauche et 47 conseillers à droite» analyse-t-on au cabinet de Vincent Feltesse.

Quelles sont les communes qui peuvent basculer? Sur les vingt-huit communes de la CUB, vingt sont à gauche. La gauche estime donc qu’il faudrait «plus qu’un séisme politique pour que nous perdions la majorité.» «Si nous regardons bien la situation, il y a peu de communes qui peuvent basculer, analyse-t-on au cabinet de Vincent Feltesse. La droite parle beaucoup de Bruges, mais Brigitte Terraza (PS) a un bon bilan, elle évoque aussi Ambès ou Artigues, mais la gauche a réussi l’union dans ces communes, et de Saint-Médard-en-Jalles, mais cela paraît peu probable que cette ville bascule.» «Nous pouvons perdre un conseiller communautaire à Mérignac, admet-on du côté de la majorité, car Alain Anziani devra faire plus de 62% pour que la gauche ne perde pas de siège, mais à Pessac il faudrait que Jean-Jacques Benoit fasse moins de 52% pour que la droite en gagne un, ce qui nous laisse de la marge. Et n’oublions pas Bordeaux: Alain Juppé part certes favori, mais il devra faire plus de 58% pour que la droite ne perde pas de siège.» La gauche pense même qu’il «peut aussi y avoir des surprises» en sa faveur, «du côté de Villenave d’Ornon et de Talence.»

«C’est de la méthode Coué, dénonce Thierry Millet, candidat UDI (Union des démocrates et indépendants, soutenu par l'UMP) à Mérignac. La gauche ne se rend même plus compte du rejet qu’elle a engendré. La dynamique est clairement en notre faveur, surtout avec Alain Juppé au centre de la bataille. Moi, je suis persuadé que la CUB va basculer.»

La droite, qui met en avant d'avoir réussi à faire l'union dans l'ensemble des communes, ce qui n'est pas le cas de la gauche, qui part en ordre dispersé à Bordeaux ou Talence, vise surtout Bruges, Artigues, Ambès et Ambarès.

Les inconnus. Ce seront les candidats FN. Une dizaine d’entre eux se présentent dans des villes de la CUB, et il est difficile de mesurer leurs scores. Ainsi, à Bordeaux, Jacques Colombier espère réaliser entre 8 et 10%, ce qui donnerait un siège à son parti à la CUB.

La présidence ira-t-elle forcément au camp majoritaire? Logiquement oui. Mais Alain Juppé a déjà investi ce terrain, et martèle que le président de la communauté urbaine «doit être maire d’une des communes de la CUB» voire maire «de la commune centre». Dans tous les cas, le groupe Communauté d'Avenir estime que Feltesse, s'il est largement battu à Bordeaux, n'est «pas légitime» pour briguer la présidence. «Il y a beaucoup d'intoxications de la part de la droite, dénonce Alain Anziani, candidat PS à Mérignac. Si la gauche est majoritaire à la CUB, elle soutiendra évidemment Vincent Feltesse» assure-t-il.

Pourquoi la communauté urbaine est-elle un enjeu si important? Parce que c’est la Communauté urbaine qui pilote déjà un certain nombre de grands projets, comme les transports. Et sa compétence sera renforcée à partir du 1er janvier 2015, où elle deviendra une métropole, avec de nouvelles compétences, comme le tourisme, les inondations, les équipements culturels, le numérique… «Ce sera une manière de clarifier ce qui se fait déjà, car la CUB intervient dans plusieurs de ces domaines depuis des années, au titre de sa compétence «attractivité économique.»

Comment s’effectue le vote des élus communautaires? Les élus éligibles à la CUB seront mentionnés sur les listes municipales, tout simplement.