Municipales 2014: Une vie de nuit à stimuler et encadrer à Strasbourg

PROGRAMME Les candidats veulent doper les activités nocturnes sans oublier le respect du riverain...

Alexia Ighirri,Floréal Hernandez et Gilles Varela

— 

Lors de la Fête de la musique à Strasbourg.
Lors de la Fête de la musique à Strasbourg. — G. VARELA / 20 MINUTES

Les candidats sortent de leurs boîtes. Il y a dix jours, le socialiste Roland Ries a été aperçu à la Krutenau faisant la tournée des bars. Son équipe veut poursuivre sur la lancée de son précédent mandat, qui a notamment vu la mise en place de la charte de la nuit en mai 2010. « On continuera de dialoguer avec les exploitants, le travail de médiation avec les riverains », annonce Elisabeth Ramel, en charge de la charte et n° 38 de la liste PS. Comme travail complémentaire, elle cible les établissements qui ont déjà une dérogation jusqu'à 4 h car « la charte n'a pas changé grand-chose pour eux. »

Encadrer la vie nocturne, un enjeu de taille à Bordeaux - Le 10/03/2014 à 9:23

Contrairement au candidat-maire, opposé au zonage des activités (« Les expériences de résidences fermées pour les animations nocturnes sont un désastre », estime-t-il), la liste Strasbourg Bleu Marine conduite par Jean-Luc Schaffhauser propose « de mener une réflexion sur les constructions de locaux festifs, bars et boîtes près des universités et des entreprises » pour les éloigner des lieux de résidence. Elle prône aussi « une intensification des rondes de nuit pour la police municipale pour lutter contre le bruit et les incivilités nocturnes ».

Le candidat de l'UDI François Loos – qui a aussi fait sa tournée dans les établissements de nuit – envisage de « mobiliser une équipe de la police municipale dédiée à la vie nocturne » mais également de « nommer un élu dédié exclusivement à l'animation nocturne qui pourra penser, en concertation avec tous les acteurs, une approche globale de la politique de la nuit ». Sur ce point, Alain Jund, tête de liste EELV, préconise davantage de mesures de médiation, en y formant les habitants par exemple.

Fuite des noctambules

Constatant une fuite des noctambules strasbourgeois « pour des lieux plus animés dans d'autres communes de la Communauté urbaine de Strasbourg et au-delà du Rhin », Fabienne Keller (UMP) veut « accompagner les acteurs de la vie nocturne du centre-ville à renforcer leur attractivité ».

Jean-Claude Val et Hülliya Turan pour le Front de gauche proposent alors d'aider à « mettre en œuvre des travaux pour insonoriser les lieux [les établissements de nuit], afin de soulager les habitants souhaitant le calme et de faire vivre la culture et les artistes de Strasbourg ».