Municipales 2014: Le FN présentera plus de 550 listes, selon Marine Le Pen

POLITIQUE Le parti s'était pour but d'atteindre les 500...

avec AFP

— 

Marine Le Pen, la présidente du Front national, le 21 janvier 2014 à Paris.
Marine Le Pen, la présidente du Front national, le 21 janvier 2014 à Paris. — AFP PHOTO/BERTRAND GUAY

La présidente du Front national Marine Le Pen a annoncé ce mercredi sur France 2 que son parti présenterait aux élections municipales «550 listes et peut-être encore un peu plus».

«Nous nous étions donné comme objectif 500 listes, nous en avons ce soir 550, peut-être encore un peu plus puisque le délai est jusqu'à demain soir», s'est félicitée la présidente du Front national.

«Nous serons donc présents dans 400 villes de plus de 10.000 habitants (ndlr: sur plus de 900) (...) et donc 30% de la population française pourra voter pour le FN à ces municipales, c'est donc un grand succès pour nous», s'est-elle réjouie.

Quinze villes «potentiellement gagnables»

Le parti avait investi jusqu'à 800 têtes de listes, mais près d'un tiers d'entre elles ont dû renoncer, faute de trouver des colistiers notamment à cause, Marine Le Pen l'a souvent déploré, de la parité obligatoire pour les listes des communes de plus de 1.000 habitants.

Le secrétaire général adjoint du FN Nicolas Bay doit donner vendredi lors d'une conférence de presse le nombre définitif de listes FN et leur répartition en fonction de la taille des villes.

Marine Le Pen a régulièrement répété que son objectif cette année était de présenter plus de 500 listes dans les villes de plus de 3.500 habitants, seuil à partir duquel les élections municipales sont politisées d'après elle.

Quinze villes sont «potentiellement gagnables» pour le FN, avait assuré récemment la députée européenne, qui espère faire élire «plus de 1.000 conseillers municipaux».

120 listes présentées en 2008

Interrogée sur les difficultés du FN à constituer ses listes, elle a rétorqué qu'«aucun parti n'arrive tout seul à constituer des listes dans l'ensemble des villes de plus de 10.000 habitants. Il y a des départements dans lequel dans de nombreuses villes de plus de 10.000 habitants, l'UMP n'est pas présente: c'est le cas en Seine Maritime».

«Nous partons sans implantation locale, avec un handicap, mais je crois que nous avons rattrapé ce handicap», s'est-elle félicitée.

Lors des dernièrs municipales, en 2008, le FN avait présenté environ 120 listes.

«Nous arrêterons de dépenser l'argent public»

Les villes FN seront-elles des «laboratoires», comme en 1995 avec la gestion critiquée de Toulon (Var), Marignane (Bouches-du-Rhône) et Orange (Vaucluse)? «J'aime pas ce terme de laboratoire, les habitants ne sont pas des rats.»

Les éventuels maires FN «seront le moyen pour nous d'apporter la preuve aux Français, qui en attendent, de nos compétences, de notre pugnacité, de notre courage, et du respect des promesses que nous avons pu faire.»

«Nous baisserons les impôts, nous arrêterons de dépenser l'argent public avec mépris (...), nous arrêterons le subventionnement aux associations communautaristes ou politisées, nous défendrons les petits commerçants contre la prédation des grandes surfaces», a-t-elle promis.