Strasbourg: Un autre postulant à gauche

MUNICIPALES Marcel Wolff est à nouveau candidat pour le NPA...

Alexia Ighirri

— 

Marcel Wolff regrette que l'unité à la gauche de la gauche n'ait pas eu lieu.
Marcel Wolff regrette que l'unité à la gauche de la gauche n'ait pas eu lieu. — G. Varela / 20 Minutes

L'hémicycle du conseil municipal, Marcel Wolff le connaît bien. Il y a siégé, de 1995 à 2001, en tant que membre du Parti communiste sur la liste de Catherine Trautmann. L'élection, il la connaît aussi, puisque le militant syndical s'était déjà présenté en 2008. Sa liste « Strasbourg 100 % à gauche » avait récolté 1, 87 % des votes. Aujourd'hui, avec « Strasbourg anticapitaliste », Marcel Wolff (Nouveau parti anticapitaliste, NPA) ouvre une nouvelle voie à la gauche de la gauche, après le POI (Parti ouvrier indépendant) et LO (Lutte ouvrière).

Une transformation sociale

Des listes que le candidat a regardées avec attention, comme celle du Front de gauche, avant de se lancer : « On regrette que l'unité n'ait pas pu se faire. Le POI est dans l'isolement le plus complet. On a interpellé le Front de gauche, mais il n'est pas clair sur une possible fusion avec les socialistes. » Chose que Marcel Wolff refuse, déplorant que « le PS applique une politique de droite ». Avant de rappeler que « l'unité s'inscrit dans une politique globale et pas seulement dans les périodes électorales ».

Cette candidature, le Strasbourgeois, ancien salarié d'Arcelor, veut l'inscrire dans un combat en opposition à l'actuelle politique qu'il juge antisociale. « On représente un mouvement de masse. Pour sortir la population de cette situation, il faut une transformation sociale démocratique dans ce pays », argue le candidat, au sens de la formule caricatural de son propre aveu : « Strasbourg, capitale de l'Europe, de Noël et de l'amour, doit aussi être celle de l'accueil décent des migrants. » Celle « de la démocratie » aussi. « Plusieurs élus ont dû avoir recours à la Cada* pour que le maire leur donne des éléments de dossiers : cette opacité est inacceptable ! Il y a beaucoup de choses à changer au niveau de la gouvernance. »

 

■ Transports et logements au programme

Marcel Wolff fait une place de choix aux transports en commun (dont il souhaite la gratuité) ainsi qu'au logement dénonçant la précarité grandissante des locataires, le manque de logements sociaux peu chers et la trop grande influence des promoteurs immobiliers.