A Bordeaux, le candidat socialiste anticipe sa défaite

E.P avec AFP

— 

Vincent Feltesse, lors de la présentation de son projet le 20 janvier. 
 
Vincent Feltesse, lors de la présentation de son projet le 20 janvier.   — S.Ortola / 20 minutes

«J’ai enseigné la communication politique pendant des années, je suis historien, je sais qu’à ce stade on ne remonte pas», a déclaré le président de la communauté urbaine, après la parution d’un sondage, paru le 14 février, qui le crédite de 24% au premier tour. Le maire sortant recueille, lui, plus de 57 % des voix.

2020 en ligne de mire

Le candidat socialiste estime qu’il y a un «décalage entre la perception des gens et la réalité» car les «failles» du bilan Juppé ne manquent pas : manque de  logements sociaux, flambée des prix du foncier, problèmes de stationnement et de propreté. Il estime aussi que le «contexte national pourri» a plombé sa campagne.

Feltesse, 42 ans, reste pourtant optimiste et sûr qu’il fallait se présenter face au candidat de l’UMP, pour mieux consolider l’opposition d’ici 2020 : C’est le dernier mandat d’Alain Juppé. Il n’y a pas de nouvelle tête à droite, alors que la ville change. Cela sera beaucoup plus jouable !», estime t-il.