A Cannes, Lisnard veut être un «maire professionnel»

MUNICIPALES L'UMP David Lisnard, en lice dans la cité des festivals, a présenté son projet mercredi...

Fabien Binacchi
— 
Le candidat a détaillé son programme pendant plus de deux heures.
Le candidat a détaillé son programme pendant plus de deux heures. — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

David Lisnard est entré dans le vif du projet. Mercredi soir, il a été le premier des candidats a dévoilé ses plans pour la cité des festivals.

«Etre maire à Cannes, c'est être professionnel», a martelé l'actuel premier adjoint (UMP) de Bernard Brochand. Basé sur «le principe de prudence budgétaire», son programme s'appuie sur «une stratégie financière claire et réalisable».

Moins d'investissements

David Lisnard n'a pas manqué non plus de parler fiscalité. Autour de cet enjeu, le candidat a dit sa volonté de «ne pas augmenter les taux d'impositions, et éventuellement de les baisser en cas d'excédents supplémentaires».

Un programme d'investissements annuel de 43 millions d'euros est dans les cartons du candidat. «C'est moins que ces dernières années, mais raisonnable pour préserver le contribuable», plaide-t-il. Sur le plan de la sécurité, David Lisnard promet «une police municipale réorganisée sur le rythme de vie et de travail» et «des caméras dans les bus». La «lutte contre l'incivisme sera la cause municipale», martèle le candidat.

Côté transports, il entend créer «en priorité» un parking de 1 000 places de stationnement à Bastide rouge, sur le tracé du BHNS. Pour l'emploi, il annonce le principe d'une «préférence cannoise» concernant les embauches et le marchés publics.

La création d'un espace d'accueil pour les jeunes ainsi qu'un projet baptisé «Boccacabana», sur le réaménagement du boulevard du Midi, figurent aussi dans son programme.

 

■ Les soutiens en ordre de marche

Le maire sortant Bernard Brochand (UMP) et bon nombre des actuels adjoints étaient réunis autour du candidat, mercredi. Dont l'UDI Gilles Cima. Le parti centriste a dernièrement investi David Lisnard. Egalement présents en bonne place, les conseillers municipaux Apolline Crapiz et Jean-Marc Chiappini, élus en 2008 sur la liste socialiste pour la première et sur celle du divers-droite Jean Martinez pour le second. Tous les deux ne cachent pas leur soutien .