Toulouse: La prison Saint-Michel est une clé de la campagne

MUNICIPALES Moudenc veut la transformer en «Etoile de musique»...

Hélène Ménal

— 

Le castelet sera préservé.
Le castelet sera préservé. — F. Scheiber/20 Minutes

Les derniers détenus ont quitté la prison Saint-Michel en octobre 2009. Depuis, le bâtiment fantôme, à l'architecture en étoile singulière et rare, hante les affaires municipales. Au point de faire irruption dans la campagne pour le Capitole. Officiellement, l'édifice de 11 500 m2 est en vente et l'Etat en demande 11, 3 millions d'euros. Les idées ne manquent pas pour sa reconversion : centre culturel occitan, centre artisanal, centre des libertés à vocation artistique, etc.

Auditorium enterré

Pierre Cohen (PS), le maire sortant, veut en faire «un lieu de connaissance» au sens large et pousse à la roue pour que l'Ecole supérieure de Commerce de Toulouse (ESC), un établissement privé, s'y installe. Le candidat Jean-Luc Moudenc (UMP-MoDem-UDI) pense qu'un tel projet réclamerait de construire des bâtiments neufs. En gâchant l'étoile en quelque sorte. Il a donc dégainé lundi sa propre proposition : «L'Etoile de Musique Saint-Michel». Un site dont l'aménagement pourrait être progressif, avec une vocation pour chaque branche : ici un laboratoire de recherche acoustique, là des résidences d'artistes, plus loin des studios d'enregistrement ou de répétition ou encore une aile dédiée aux enfants. Le clou du projet est un «Grand auditorium de 1 600 places», construit sous terre, et «à la hauteur de la renommée de l'Orchestre national du Capitole». Le projet est qualifié de «gadget irréaliste» par l'équipe Cohen.

 

Le candidat Moudenc compte sur des partenaires, comme l'Etat ou la région, pour financer l'auditorium. Celui de Bordeaux a coûté 40 millions. La somme double avec la restauration de la prison.