VIDEO. Municipales 2014: NKM a sorti l'atout Sarkozy de sa manche

POLITIQUE Accueilli comme une star, l'ex-chef de l'Etat est venu soutenir la candidate UMP aux municipales parisiennes...

Anne-Laëtitia Béraud

— 

Nicolas Sarkozy au meeting de NKM, le 10 février 2014.
Nicolas Sarkozy au meeting de NKM, le 10 février 2014. — JOEL SAGET / AFP

On l’a dit fragilisée par les dissidences, en perte de vitesse sur sa concurrente socialiste Anne Hidalgo. La candidate UMP à la Mairie de Paris Nathalie Kosciusko-Morizet a réalisé un coup, lundi soir au gymnase Japy, à l’occasion de son premier meeting de campagne: elle a fait sortir Nicolas Sarkozy de son silence médiatique.

Et si l’ancien chef de l’Etat, au premier rang des 2.000 soutiens de son ancienne porte-parole de la campagne présidentielle en 2012, n’a pas pris la parole à la tribune, le symbole reste fort. Adulé par les militants UMP chauffés à bloc dans le gymnase parisien qui scandent «Nicolas Nicolas», l’ancien Président reste une référence de la droite, divisée en clans depuis 2012.

Arrivée en superstar, la présence de l’ancien Président a électrisé la salle et les militants, réunis sous la bannière de «l’énergie du renouvellement» pour «écrire un nouveau chapitre de l’histoire de Paris». Pour Marie-Anne, militante UMP à Paris, «Nathalie reste la meilleure, mais l’appui de Nicolas Sarkozy est bienvenu dans la campagne». Une campagne aux accents nationaux, qui a ciblé François Hollande et «l’héritière» socialiste Anne Hidalgo.

Nicolas Sarkozy venu en «ami»

Entouré des têtes de listes UMP et des alliés centristes Christian Saint-Etienne et Marielle de Sarnez, le président de la fédération UMP de Paris Philippe Goujon a raillé le chef de l’Etat puis Anne Hidalgo, appelant les électeurs «à dire stop à Hollande, à dire non à Hidalgo car c’est la même politique». Nathalie Kosciusko-Morizet a quant à elle interrogé: «Quelle est la crédibilité de François Hollande pour nous donner des leçons de morale ?». A Nicolas Sarkozy, la candidate s’est adressé tendrement: «Cher Nicolas je mesure le geste d’amitié et de fidélité que tu nous adresses (…) Cette amitié qui m’est précieuse est une force».

Dans l’entourage de l'ex-chef de l’Etat, c’est bien en tant qu’«ami» que Nicolas Sarkozy est venu assister au meeting de Nathalie Kosciusko-Morizet ce lundi soir, entouré de jeunes pousses UMP. Mais l’on se garde bien d’affirmer que sa présence signe un éventuel retour sur la scène politique… Comprenne qui voudra.