Municipales 2014: Anne Hidalgo livre ses propositions pour la sécurité à Paris

Jérôme Comin

— 

La candidate PS à la Mairie de Paris, Anne Hidalgo, le 13 janvier 2014 à Paris.
La candidate PS à la Mairie de Paris, Anne Hidalgo, le 13 janvier 2014 à Paris. — LCHAM/SIPA

Dans une campagne, il faut savoir jouer la sécurité. Surtout à Paris où ce thème fait parti des préoccupations des électeurs alors que les cambriolages ont augmenté de 26% en 2013. Et pour «ne pas se rater» sur cette thématique, comme le confiait dernièrement un membre de son équipe, Anne Hidalgo a présenté ce lundi les mesures de son programme intitulé «La sécurité est un droit». 20 Minutes détaille les grandes lignes de ce plan.

La vidéoprotection ciblée

Anne Hidalgo souhaite le développement du plan de vidéoprotection de Paris dans les nouveaux quartiers et équipements supplémentaires «sur la base d’un diagnostic partagé avec les acteurs locaux». Un plan ciblé donc, à l’inverse de sa rivale NKM qui souhaite doubler le nombre de caméras à Paris, soit 1.000 de plus. Car comme l’expliquait Myriam El Elkhomri, porte-parole d’Hidalgo et responsable de la sécurité à la Mairie de Paris, «l’installation de nouvelles caméras sera conditionnée aux besoins réels. La caméra est un outil utile, elle n’est pas l’alpha et l’oméga d’une politique de sécurité.» La candidate socialiste est tout de même prête à investir 5 millions d’euros pour la vidéo protection.

Des moyens pour lutter contre les nuisances

Outre la création d’équipes spécialisées pour sécuriser les lieux touristiques, comme le Louvre, très prisés des pickpockets et le développement de nouvelles équipes de correspondants de nuit, Hidalgo souhaite créer une «brigade verte et antibruit». Son rôle: lutter contre l’insalubrité et le tapage nocturne. La candidate socialiste souhaite aussi acquérir 25 voitures banalisées pour «doter chaque BAC d’arrondissement de capacité de “planque”.» Une proposition réalisée après qu’Hidalgo eut passé une nuit avec la Brigade anticriminalité «qui lui ont fait part de leurs besoins», précise Myriam El Elkhomri. Une mesure qui passerait par le budget spécial de la Préfecture de police.

La récidive dans le viseur

«Tu casses, tu répares!» A l’image de la Convention signée en janvier 2013 qui oblige les mineurs ayant volé ou dégradé des Vélib' à réparer leurs dégâts dans les ateliers de réparation des vélos parisiens, Anne Hidalgo veut signer de nouvelles conventions de réparation pénale pour les mineurs. Un bon moyen selon elle de lutter contre la récidive. Dans le même esprit, elle souhaite ainsi développer «les sanctions responsabilisantes contre les dégradations des espaces municipaux ou bailleurs sociaux».