Municipales 2014: Les candidats à la Mairie de Paris font chambre à part sur le logement

M.Gr.

— 

 Les 62 logements sociaux construits dans le 12e arrondissement de Paris.
 Les 62 logements sociaux construits dans le 12e arrondissement de Paris. — © Sergio Grazzia

Le logement, pierre angulaire de la campagne. Au cours des derniers mois, les candidats à la Mairie de Paris ont mis l'accent sur la question du logement, considérée comme l'une des principales préoccupations des Parisiens.

Mais tous ne disent pas la même chose, notamment au sujet du logement social. Ainsi, Danielle Simonnet, candidate Parti de gauche, estime qu’il «est hypocrite d’attendre 2030» pour atteindre les 30% de logements sociaux. Elle l’envisage dès la fin du mandat, quand d'autres s'engagent simplement à respecter l'objectif de Cécile Duflot d'atteindre les 25% de logement sociaux en 2025 et 30% en 2030. C’est notamment le cas des candidats d'EELV, Christophe Najdovski et d’Anne Hidalgo, candidate PS.

Mixité et conditions d’attribution

Les modalités d’attributions sont aussi au cœur du débat. Si Christophe Nadjovski propose que le dossier soit anonyme, Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate UMP, annonce la mise en place «d’un jury citoyen dans chaque arrondissement, chargé de faire la présélection des dossiers pour chaque logement avant de les transmettre aux commissions d’attribution».

La fluidité dans les attributions HLM est également au programme de Christophe Najdovski, qui imagine une plateforme répertoriant les offres entre les bailleurs, mais aussi entre les catégories de logement social. Quant aux échanges, le PS veut leur réserver 25% des logements sociaux, contre 20% actuellement.

Et gare aux fauteurs de trouble si Nathalie Kosciusco-Morizet est élue. «Je ferai enfin appliquer la loi sur l’éviction des fauteurs de trouble du parc social», promet en effet la candidate UMP.

La candidate UMP souhaite également réserver un nombre de places plus important aux agents de la Ville qui exercent une mission d’intérêt général au service des Parisiens. Un point de vue partagé par le candidat du FN Wallerand de Saint-Just, qui dit vouloir privilégier les travailleurs parisiens.

Ce dernier, «favorable à la mixité», comme Hidalgo, annonce  également sa volonté de construire dans tous les arrondissements, quand la socialiste et Christophe Nadjovski veulent de leur côté un rééquilibrage, en construisant d’avantage de logements sociaux à l’Ouest de Paris.

Côté porte-monnaie, c’est Danielle Simonnet qui est à l’offensive. Elle envisage de baisser de 20% les loyers du privé et du public par une loi, quand Wallerand de Saint-Just souhaite vendre 5% de la superficie des logements sociaux parisiens à leur locataire, 30% à 50% en dessous du prix du marché.