Dans une crèche parisienne.
Dans une crèche parisienne. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Élections

Municipales 2014: Qui propose quoi pour la Petite Enfance à Paris?

PROGRAMME – «20 Minutes» fait le point sur les principales propositions de chaque parti pour aider les jeunes parents parisiens…

D’Anne Hidalgo (PS) à Christophe Najdovski (EELV) en passant par Wallerand de Saint-Just (FN) tous les candidats estiment qu’il manque de places en crèche à Paris. Tour d’horizon des propositions des cinq candidats pour aider les jeunes parents parisiens… 

Christophe Najdovski (EELV)

Dossier anonyme. Exit prénom et nom. La mairie ne gardera plus, pour les demandes de places en crèches, que la situation familiale, les revenus et l’adresse. Une solution radicale pour «éviter le favoritisme et faire en sorte que toutes les demandes soient traitées à égalité et dans la transparence», souligne l’actuel adjoint à la Petite enfance à Paris.

Coup de pouce financier. Avec la naissance de leur enfant, les jeunes parents constatent souvent un trou béant dans leurs comptes la première année au moment de le faire garder. Les déductions fiscales soulagent les ménages… mais l’année d’après. Pour éviter que les familles aient à faire une avance conséquente, le candidat vert propose la création une aide mensuelle pour la garde à domicile. «Ce coup de pouce d’environ 120 euros existe déjà en Seine-Saint-Denis. Je pense qu’à Paris , on pourrait faire un effort financier supplémentaire pour arriver à quelques centaines d’euros… en fonction des ressources et du nombres d’enfants.»

Anne Hidalgo (PS)

5.000 places en crèche. La candidate socialiste s’engage à livrer 5.000 places en crèche supplémentaire «pour arriver à 39.000 places en 2020», écrit-elle dans son programme.

Réserver des créneaux horaires pour les nounous. Hidalgo souhaite que les bibliothèques, ludothèques et autres équipements municipaux réservent des créneaux horaires pour les enfants gardés à domicile et leurs nounous. Pour encourager la socialisation des enfants qui n’ont pas eu de place dans les crèches. 

Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP)

Horaires étendus. La candidate de l’UMP envisage d’élargir l’ouverture de toutes les crèches municipales le soir jusqu’à 19h30 contre 18h30 aujourd’hui. Autre chantier: NKM souhaite aligner les horaires d'ouverture des écoles et des crèches le matin.

Formation des nounous. NKM valorise aussi la garde à domicile: sur son site elle explique qu’elle développera  «la garde à domicile, négligée par la municipalité actuelle pour des raisons idéologiques, alors qu’elle offre une plus grande souplesse d’organisation. Je soutiendrai les associations qui conçoivent des programmes de soutien et de formation de nounous.»

Wallerand de Saint-Just (FN)

Accès aux crèches revisité. Le candidat frontiste veut revoir les critères d’attribution d’une place en crèche: les parents qui travaillent, quel que soit leur revenu, seront privilégiés.

Les crèches d’entreprise. Wallerand de Saint-Just souhaite encourager la création de ces crèches d’entreprise mais pour les artisans et commerçants, notamment si la Ville met à disposition des locaux pour l’accueil des enfants de 0 à 3 ans.

Du bio, mais pas du halal. Wallerand de Saint-Just se déclare favorable à la généralisation du bio dans les cantines des crèches mais pas du hallal. Pour les parents qui souhaiteraient un menu adapté à leur religion, ils devront payer une taxe supplémentaire.

Danielle Simonnet (Front de gauche)

Aucun enfant en attente d’une place. La candidate du Front de gauche est généreuse pour les parents en attente d’une place en crèche. «Portons l’objectif de satisfaire 100% de demande de places d’accueil en structures petite enfance, d’abord dans les quartiers populaires. On ne peut se satisfaire de l’horizon actuellement affiché de 40% pour 2014», attaque-t-elle dans son programme.

Stop aux crèches confessionnelles. «En deux mandatures, l’exécutif PS parisien n’a pas été capable de solder l’héritage laissé par la droite du financement des crèches confessionnelles, détaille-t-elle sur son site. Nous appliquerons le principe de laïcité: pas de financement public pour les crèches confessionnelles.»

Lutte contre précarisation du personnel. Danièle Simonnet se préoccupe du bien-être des personnes qui travaillent dans les crèches. Elle envisage ainsi l’embauche d’un agent supplémentaire par structure d’accueil de la petite enfance dès la première année de mandature, et de titulariser l’ensemble des personnels précaires.

 

La réforme des rythmes scolaires s'invite aux municipales - 17/02/14 à 8:50