VIDEO. Emploi: Un mandat pour doper l'attractivité à Strasbourg

MUNICIPALES Pour ces candidats, il faut attirer davantage d'entreprises pour générer de l'emploi...

Floréal Hernandez avec Alexia Ighirri et Gilles Varela

— 

Une pépinière d'entreprises " start-up " spécialisées dans le domaine bio-médical s'est installée aux Haras.
Une pépinière d'entreprises " start-up " spécialisées dans le domaine bio-médical s'est installée aux Haras. — G Varela / 20 Minutes

Une attractivité réelle mais une image mal perçue par les investisseurs étrangers. C'est ce que dit une récente étude du cabinet EY. Candidat à sa succession, Roland Ries (PS) en a pris note et, avant de dévoiler son programme, défend son bilan et les projets engagés : restructuration du Palais de la musique et des congrès et un nouveau Parc des expositions pour attirer les salons, soutien et développement de pépinières d'entreprises : Ircad, Plage digitale, PH8.

#MonVote2014 : Mairies et entreprises, l'alliance nécessaire - Le 04/02/2014 à 16h00

 

Mais pour Fabienne Keller (UMP), « Strasbourg semble avoir disparu des écrans radars de l'attractivité. Le marketing territorial doit être repensé, réorienté vers le reste de la France, de l'Europe et du monde. C'est à Londres, Washington, Berlin qu'il faut communiquer sur les atouts de notre ville. »

A l'UDI, François Loos lance : « Pour attirer, il faut rayonner ». Cela passe par des ZAC accueillantes, l'accueil des étudiants. Il veut que Strasbourg soit retenue dans les « métropoles French Tech », concept lancé par la ministre de l'Economie numérique.

Candidat en congé du MoDem, Dominique Bézu pense que la ville « peut devenir la Silicon Valley des créateurs d'entreprises» : Un pôle à développer où on a beaucoup de ressources : le pôle environnemental. 

Une idée partagée par Alain Jund (EELV) qui veut faire de Strasbourg une «capitale verte européenne», un «laboratoire d'innovations où se construit la transition écologique» en «soutenant l'économie circulaire sur la base du recyclage». Le Mouvement Citoyen de Strasbourg annonce, lui, son intention de «créer le premier centre d'innovation dédié aux technologies mobiles».