VIDEO. Emploi: Les candidats nantais dégainent leurs propositions pour dynamiser les commerces

ÉCONOMIE es candidats nantais au chevet de boutiques à la peine...

Frédéric Brenon

— 

Les commerces du centre-ville ont vu leur chiffre d'affaires baisser en 2013.
Les commerces du centre-ville ont vu leur chiffre d'affaires baisser en 2013. — F. Elsner / 20 Minutes

Comment redynamiser le commerce nantais ? La question est devenue l'un des principaux enjeux de la campagne municipale, tant les boutiques, du centre-ville en particulier, peinent depuis plusieurs années à tirer leur épingle du jeu face aux grandes surfaces de périphérie.

#MonVote2014 : Mairies et entreprises, l'alliance nécessaire - Le 04/02/2014 à 16h00

 

La première réponse des candidats porte sur l'amélioration de l'accessibilité. « Il faut ouvrir la ville en réorganisant le plan de circulation », réclame Sophie Van Goethem, candidate divers droite. Christian Bouchet (FN) et Pascale Chiron (EELV) partagent cette idée. Le premier souhaite, en plus, « réduire le prix des stationnements », alors que la seconde préconise des « tarifs de transports en commun plus attractifs ».

La socialiste Johanna Rolland (PS) mise, elle, sur l'extension de la zone bleue ou sur la création de deux nouveaux parkings (Baco et Aristide-Briand). Laurence Garnier (UMP) promet la création de parkings-relais intermédiaires « plus proches du centre-ville », tout en proposant de « renforcer la signalisation des parkings existants ». Mais rendre accessible est une chose, susciter l'envie de venir en est une autre. Johanna Rolland veut ainsi « poursuivre l'embellissement du centre-ville », notamment place du Commerce et place de la Petite-Hollande où « un nouvel espace commercial » est envisagé. Elle partage aussi avec Laurence Garnier l'ambition de créer une « plateforme e-commerce ».

La candidate UMP prévoit par ailleurs de développer la livraison à domicile et d'intensifier les animations en vitrine. Offensive, l'écologiste Pascale Chiron s'engage à « geler toute extension des grandes surfaces commerciales dans l'agglomération ». Elle entend aussi « généraliser un marché bio et/ou local dans tous les quartiers», y compris le midi ou en fin de journée.