VIDEO. Comment booster l'emploi à Lyon ? Les candidats aux municipales répondent

ÉCONOMIE our d'horizon des propositions des candidats aux élections municipales pour développer l'emploi...

Caroline Girardon et Elisa Riberry

— 

Plusieurs candidats veulent développer les espaces de travail partagés.
Plusieurs candidats veulent développer les espaces de travail partagés. — C. Villemain / 20 Minutes (archive)

Selon un récent sondage publié par Les Echos, Lyon se place au 4e rang des villes les plus dynamiques sur le plan économique. Et en 2e position des villes où il fait bon entreprendre. Si le maire PS sortant et candidat Gérard Collomb se félicite d'en avoir fait un pôle économique attractif, capable de rivaliser avec Barcelone ou Amsterdam, ses adversaires sont plus mesurés. Selon eux, beaucoup reste encore à faire pour soutenir les PME et développer l'emploi. Tour d'horizon des idées fortes des candidats.

Coworking et Fablab

Afin de favoriser davantage l'innovation, le centriste Eric Lafond propose de soutenir le «réservoir d'entrepreneurs» en mesure de créer des emplois, en facilitant leur regroupement dans des espaces de coworking. «Cela permettrait de créer de l'émulation dans les idées», estime-t-il. Pour aider les PME innovantes, la ville doit aussi selon lui être leur première cliente. «Cela aurait un écho important et ça faciliterait l'accès des entreprises au marché.»

#MonVote2014 : Mairies et entreprises, l'alliance nécessaire - Le 04/02/2014 à 16h00

 

Même choix pour l'équipe de Gérard Collomb qui entend poursuivre ce qu'elle a déjà mis en place et souhaite «aller plus en direction de l'entreprenariat étudiant et féminin». Afin de «sortir les créateurs d'entreprise de l'isolement et mutualiser leurs moyens», le candidat socialiste mise aussi sur la multiplication des Fablab et espaces de travail collaboratifs.

«Entreprises industrielles grandement menacées»

Le coworking est également une idée chère au candidat UMP Michel Havard qui entend créer «l'Ouvrage», «l'incubateur le plus intelligent de France» sur le modèle de Plug & Play, situé dans la Silicon Valley. Il s'agirait d'un bâtiment de 5 000 m² à la Croix-Rousse qui regrouperait des salles de travail, des espaces de détente et un laboratoire de fabrication mettant à disposition des outils ou des équipements numériques. Pour dynamiser la ville, le candidat du Front national Christophe Boudot promet d'alléger les charges des entreprises en baissant le taux de leur contribution foncière. Il s'engage aussi à favoriser l'accès des PME aux marchés publics, en divisant les appels d'offres en lots accessibles à ces entreprises.

L'équipe Europe-Ecologie-Les Verts, emmenée par Emeline Baume et Etienne Tête, mise, elle, sur la création d'emplois dans l'énergie. «Economiser 20 % d'énergie et produire de l'énergie localement, c'est créer de nombreux emplois», estiment ces derniers, rappelant qu'aujourd'hui, 5 % seulement de l'énergie consommée dans le Grand Lyon y est produite. Enfin, Aline Guitard (PC) s'inquiète de l'avenir des «entreprises industrielles grandement menacées». «Il ne faudrait pas faire de Lyon une ville uniquement de tertiaire», insiste-t-elle, souhaitant protéger ces sites des constructions de logements.

«L'image d'une ville ambitieuse»

Jacques de Chilly, directeur exécutif de l’Aderly

Comment se concrétise l'attractivité de Lyon ?

En 2013, 77 nouvelles entreprises sont venues s'installer dans le Grand Lyon dont 40 étrangères, contre 71 en 2012. La progression est régulière depuis dix ans. En réalité, les chiffres ont doublé depuis 2006.

Qu'est-ce que cela représente en termes d'emploi ?

En 2006, l'implantation de 50 entreprises avait généré la création de 900 emplois directs. En 2013, on en a recensé 1 800. On peut même parler de 3000 à 4500 emplois indirects.

Pourquoi Lyon se vend bien ?

Quatre facteurs l'expliquent, à commencer par les compétences scientifiques et technologiques de la ville. Ensuite, les grands projets urbains et le développement de nouveaux quartiers renvoient une image de ville ambitieuse qui se projette dans l'avenir. C'est rassurant pour les entrepreneurs. En termes de notoriété, Lyon a également franchi un cap. Elle ne renvoie plus uniquement à l'OL ou à la gastronomie. Enfin, sa localisation géographique reste un atout majeur.