Municipales 2014 à Rennes : les 14 priorités de Bruno Chavanat

POLITIQUE Le candidat UDI a dévoilé les grandes lignes de son programme « Osons Rennes »...

Jérôme Gicquel

— 

Bruno Chavanat dévoilera sa liste complète ce jeudi soir salle de la Cité.
Bruno Chavanat dévoilera sa liste complète ce jeudi soir salle de la Cité. — J. Gicquel / APEI / 20 Minutes

Tirer le premier pour ne pas se faire couper l'herbe sous le pied. C'est la stratégie adoptée par Bruno Chavanat, candidat de la droite et du centre, qui a levé le voile avant l'heure sur les 14 projets phares de son programme, deux jours avant sa rivale socialiste Nathalie Appéré. A la tête de la liste « Osons Rennes », le candidat UDI entend en premier lieu « redonner la parole et le pouvoir aux Rennais », bafoués selon lui par 37 années de pouvoir socialiste.

 

 

Une Arena et une piscine

 

 

Un nouveau mode de gouvernance qui passera par un pouvoir accru des conseils de quartier, « qui seront coprésidés par un habitant élu et un conseiller municipal ». Ce conseil sera chargé de proposer « un projet de quartier » sur les questions de l'urbanisme ou de la sécurité. Pour endiguer le trafic de drogue, le candidat prévoit d'ailleurs de « doubler l'ilotage de la police municipale dans les quartiers les plus sensibles et le nombre de caméras de vidéosurveillance ».

Parmi les autres mesures de son programme, Bruno Chavanat propose « l'ouverture un dimanche par mois des magasins du centre-ville entre novembre et avril ».Le candidat cultive par ailleurs sa fibre écolo avec « la création de 45 km de voies rapides cyclistes d'ici 2020 » ou la mise en place de « navettes électriques pour rallier le centre piétonnier », à l'image de Bordeaux souvent cité en exemple par le candidat UDI. Côté sport, Bruno Chavanat évoque l'implantation d'une Arena de 10 à 12 000 places à proximité du Stade Rennais ainsi que la construction d'une cinquième piscine.

 

■ Pas de hausse d'impôt pendant le mandat

« Je n'augmenterai pas les impôts durant le mandat », assure Bruno Chavanat, qui tacle au passage l'équipe sortante « qui a cédé à la facilité du prélèvement pour financer son train de vie ». Pour tenir sa promesse, le candidat prévoit de « lancer un audit sur l'ensemble des grands investissements », qui devrait lui permettre de dégager 55 millions d'euros d'économies, et de réduire les dépenses de fonctionnement (hors personnel) de 1,5 % par an.