MUNICIPALES 2014: Pour Mennucci, candidat PS à Marseille, la patience a payé

PORTRAIT La tête de liste socialiste dans la cité phocéenne est en politique depuis 1969...

Mickaël Penverne

— 

Fils d'immigrés toscans, Patrick Mennucci a grandi à La Cabucelle (15e).
Fils d'immigrés toscans, Patrick Mennucci a grandi à La Cabucelle (15e). — P. Magnien / 20 Minutes

Il aura patienté 45 ans. Plus de quatre décennies pour passer du statut de simple militant à celui de candidat socialiste à la mairie centrale de Marseille. Patrick Mennucci, bientôt 59 ans et père de trois enfants, espère représenter demain sa ville natale. D'une certaine façon, il l'incarne déjà avec sa voix trop forte, son accent à couper au couteau et ses coups de gueule assommants. «Pour les Français, il représente Marseille, analyse Jean Viard, conseiller municipal apparenté PS. Mais c'est aussi parce que les Français ont ce type de préjugés sur les Marseillais…»

«Un bébé Guérini»

Patrick Mennucci prend sa carte du Parti socialiste à l'âge de 14 ans. Huit ans plus tard, il est élu adjoint au maire de Vitrolles. Sa carrière politique le mènera au conseil d'arrondissement du 15/16, au conseil régional, à la mairie du 1er secteur, puis à l'Assemblée nationale. En 2007, il dirige la campagne présidentielle de Ségolène Royal. Un an plus tard, il conseille un autre candidat : Jean-Noël Guérini pour les municipales. Aujourd'hui, son site de campagne n'en fait pas mention. Un oubli sans doute. «C'est un bébé Deferre et un bébé Guérini, se moque Martine Vassal, conseillère municipale UMP. Avec lui, ce n'est pas le changement mais le retour en arrière.» Vainqueur des primaires en octobre, il s'appuie sur Matignon pour recoller et rassembler. Samia Ghali d'abord, les Verts ensuite. Pape Diouf peut-être demain. «Il faut désormais qu'il s'ouvre à la société civile, qu'il embrasse la ville, conclut Jean Viard. S'il y arrive, il peut gagner».

 

■ Un grand meeting au parc Chanot

Après avoir présenté son projet économique et celui consacré aux transports, le candidat socialiste présente ce mercredi son programme «sécurité et prévention». Le grand meeting de campagne est prévu le 4 février au parc Chanot. De son côté, Jean-Claude Gaudin a présenté lundi son «pacte citoyen du bien-vivre ensemble» où le maire sortant promet notamment d'augmenter les effectifs de la police municipale à 600 agents.