Municipales 2014: Eric Lafond, l'homme du centre à Lyon

POLITIQUE Conseiller dans le 3e arrondissement, l'ancien leader du MoDem se présente sans étiquette...

Elisa Riberry

— 

Le candidat Eric Lafond se présente comme la seule offre centriste à Lyon.
Le candidat Eric Lafond se présente comme la seule offre centriste à Lyon. — E. Riberry / 20 minutes

«On est les seuls dans l'espace politique que nous occupons.» A 41 ans, Eric Lafond, parti en 2008 sous les couleurs du MoDem (dont il a été exclu depuis), se présente sans étiquette mais comme la seule offre centriste à Lyon. Pour peser dans la campagne, le conseiller municipal du 3e, candidat de la liste «Lyon est une chance», joue la carte de l'indépendance. «Il y a une forte désaffection de la vie politique, et un faible niveau d'adhésion aux acteurs politiques. Le fondement de notre démarche, c'est de démontrer aux Lyonnais qu'il est possible d'améliorer leur quotidien par la politique en ayant une autre approche et des solutions concrètes», estime le candidat. Si du côté de l'UDI, qui a rallié le candidat UMP Michel Havard, cette quête d'indépendance fait d'Eric Lafond un candidat «isolé», pour ses fidèles alliés, c'est justement ce qui fait sa force.

«Bien sûr, sans étiquette, le combat est difficile. On a moins de moyens pour faire campagne, c'est plus dur d'être visibles. Si Eric avait choisi la facilité, il se serait placé. Or il n'est pas là pour ça, ni pour devenir un salarié de la politique, mais pour défendre avec constance ses idées centristes. Et les gens qui veulent sortir du bipartisme ont besoin de nous», confie Florence Maury, tête de liste dans le 7e.

Au contact des Lyonnais

Pour se démarquer, le quadragénaire, père de deux enfants, a opté pour une campagne différente, en s'invitant depuis des mois dans les quartiers. «Pas pour tracter sur les marchés, mais pour passer du temps à échanger avec les habitants», glisse-t-il. De ces discussions improvisées, il est revenu avec une idée claire de leurs difficultés et a bâti un programme détaillé pour y remédier. En dehors de son projet phare d'Aérotram reliant Perrache à la Cité internationale en passant par les collines (65 millions d'euros), il prône davantage l'optimisation, moins coûteuse, des ressources et talents de la cité. En matière éducative par exemple, le candidat, directeur d'une association pour l'emploi et l'insertion, imagine faire venir sur le temps périscolaire des scientifiques, artistes, linguistes ou sportifs pour susciter des vocations chez les enfants.

>> Retrouvez 20 Minutes Lyon sur Facebook