Municipales 2014: Le FN veut baisser «l’aide sociale aux enfants», qui serait captée par des étrangers

POLITIQUE L'aide sociale aux enfants en difficulté aurait quadruplé entre 2005 et 2011, selon le chef de file frontiste, Wallerand de Saint-Just...

Anne-Laëtitia Béraud

— 

Le candidat FN à la Mairie de Paris Wallerand de Saint-Just le 18 décembre dans le 17e arrondissement de la capitale.
Le candidat FN à la Mairie de Paris Wallerand de Saint-Just le 18 décembre dans le 17e arrondissement de la capitale. — LCHAM/SIPA

Lors de la présentation du programme du FN-RBM (Front national-Rassemblement Bleu Marine) aux élections municipales à Paris, mercredi, Wallerand de Saint-Just a promis de baisser l'«aide sociale aux enfants en difficulté». Une aide qui serait passée «de 200 millions d’euros en 2005 à 800 millions en 2011» et très majoritairement captée, selon le chef de file frontiste à Paris, par des «enfants venus d’Europe de l’est».

«L’aide sociale (facultative) aux enfants en difficulté est passée de 200 millions en 2005 à 800 millions en 2011. Cette augmentation est essentiellement due à l’explosion de l’immigration que cette politique ne cesse de favoriser au détriment de tous les Parisiens», précise notamment le programme du parti, dévoilé lors cette conférence de presse.

>> Le FN fait des appels du pied aux candidats et dissidents de l’UMP, à lire ici

A la question de savoir sur quel rapport se basait son équipe pour obtenir ces chiffres, le chef de file frontiste a affirmé: «C’est l’étude de la réalité, c’est ce que nous ont également dit des spécialistes.» «On le voit avec nos yeux», a abondé Philippe Martel, chef de cabinet de Marine Le Pen et candidat dans le 18e arrondissement.

Contactés par 20 Minutes, les services de la Ville de Paris ont répondu que les chiffres avancés par Wallerand de Saint-Just étaient «faux». «L’aide sociale à l’enfance, gérée par le département, représente 364 millions d’euros, et s’attache à la protection des enfants en danger psychique et physique, qui ont été placés auprès du département par le juge des enfants ou avec le consentement des familles». En 2013, 5.800 enfants auraient été placés.

Une mission de protection «loin d’être facultative, mais obligatoire», ajoute-t-on, régie par l’article L 221-1 du Code de l’action sociale et des familles. «Cela prouve les contradictions et la méconnaissance de Wallerand de Saint-Just sur ces dossiers», déplorent les services de la municipalité. 

>> Ci-dessous le programme FN-RBM aux municipales à Paris

Fn-rbm 75 - Progr_municipales_paris_2014 - 16-01-2014 by 20minutesParis