Municipales à Paris: Pour Tibéri, NKM fait «n’importe quoi»

POLITIQUE L'ancien maire de Paris appelle Fillon et Copé à intervenir pour l'aider à «dialoguer» avec Nathalie Kosciusko-Morizet...

avec AFP

— 

Jean Tiberi lors de son procès en appel, le 12 mars 2013.
Jean Tiberi lors de son procès en appel, le 12 mars 2013. — A. GELEBART / 20 Minutes

Jean Tiberi sort les griffes.L'ancien maire de Paris (UMP) a considéré ce mardi que Nathalie Kosciusko-Morizet «fait n'importe quoi» dans sa campagne pour les municipales et appelé Jean-François Copé et François Fillon à l'aider «à dialoguer et à trouver des solutions».

«Elle fait n'importe quoi», a regretté sur Europe 1 l'actuel maire du Ve arrondissement, dont le fils Dominique Tiberi brigue la succession contre l'avis de NKM et de l'UMP. «Elle s'y prend mal: Au lieu de rechercher le dialogue, elle essaie d'opposer les uns aux autres» et fait preuve d'une «volonté d'humilier, une espèce de mépris», a ajouté l'élu de 78 ans. 

Retrouvez la vidéo en intégralité en cliquant ici.

Fillon le «déçoit beaucoup»

Il a égratigné aussi François Fillon, devenu en juin 2012 député de la circonscription et qui le «déçoit beaucoup» par le manque de soutien affiché à son fils, entré en dissidence dans le Ve contre Florence Berthout.

L'ex-Premier ministre «m'avait dit qu'il était un homme fidèle et loyal. Pour l'instant il ne l'est pas, peut-être reviendra-t-il», a lâché Jean Tiberi. L'ancien maire de Paris, qui avait succédé en 1995 à Jacques Chirac pour un mandat, a appelé François Fillon et Jean-François Copé, président de l'UMP, à «prendre les choses en main dans le bon sens, non pas pour mettre de l'huile sur le feu, mais pour aider Mme Kosciusko-Morizet à dialoguer et à trouver des solutions».

«Si ce n'est pas Tiberi dans le Ve, on est sûrs de perdre: c'est une analyse arithmétique. Qu'une polytechnicienne ne comprenne pas ça, c'est affligeant», a déploré Jean Tiberi, parlant à nouveau de «suicide politique».

La candidature de Berthout, «une décision scandaleuse et suicidaire»

Pour lui NKM «veut imposer une candidate dans le Ve parce que c'est une amie et parce qu'il faut la recaser», allusion à Florence Berthout, jusqu'alors élue du Ier arrondissement.

En octobre, à l'annonce du soutien de NKM à Florence Berthout, Jean Tiberi avait dénoncé une décision «scandaleuse et suicidaire». Depuis lors, Dominique Tiberi, qui est un de ses adjoints à la mairie du Ve, a confirmé son intention de conduire une liste dissidente et a été suspendu de l'UMP. Comme il n'a pas «l'intention de rentrer dans un système», il ne s'associera pas à l'entreprise de Charles Beigbeder, proche de Jean-François Copé, de fédérer les dissidents, a confirmé ce mardi son père.

Dès mars, alors en campagne pour la primaire de désignation du candidat UMP à Paris, NKM avait dit ne souhaiter sur ses listes aucun élu ou responsable «sous le coup d'une condamnation importante». Condamné ce mois-là en appel à 10 mois de prison avec sursis et trois ans d'inéligibilité dans l'affaire des faux électeurs du Ve arrondissement, Jean Tiberi s'est pourvu en cassation, ce qui suspend l'exécution de sa peine.