Municipales à Paris: Pierre Lellouche (UMP) menace d’entrer en dissidence dans 8e arrondissement

J. C. (avec AFP)

— 

Pierre Lellouche, député UMP, le 15 mai 2013 à l'Assemblée nationale à Paris.
Pierre Lellouche, député UMP, le 15 mai 2013 à l'Assemblée nationale à Paris. — PATRICK KOVARIK/AFP

Les dissidences ont la cote à l’UMP. Le député Pierre Lellouche, qui souhaite rester conseiller de Paris en mars prochain, juge «non négociable» sa place de numéro 2 sur la liste UMP pour les municipales dans le 8e arrondissement, alors que l'homme d'affaires Charles Beigbeder la convoite également.

«Détermination absolument totale»

Dans cet arrondissement, Martine Mérigot de Treigny, --qui siège également au Conseil de Paris-- a été désignée chef de file de l'UMP par Nathalie Kosciusko-Morizet, au détriment du maire sortant François Lebel, contesté au sein même du parti. Reste à faire le choix du numéro2 de la liste --un homme, parité oblige--, place d'autant plus convoitée que l'UMP ne fera pas forcément le plein des trois conseillers éligibles dans cet arrondissement.

>> Retrouvez la carte des dissidences UMP à Paris par ici

Dans une déclaration à l'AFP, Pierre Lellouche s'est dit prêt ce mardi à entrer en dissidence si Charles Beigbeder, un proche de Jean-François Copé, était choisi comme deuxième de liste. «Mon intention est non négociable et ma détermination absolument totale, a-t-il tonné. Soit il y a une liste d'union avec Mme Mérigot, soit il y aura une autre liste avec l'étiquette UMP. Je suis le député de cette circonscription et absolument légitime, ce qui n'est pas le cas de tout le monde.»

Celui-ci, qui souhaite devenir conseiller de Paris, vise une place éligible dans le 8e après avoir envisagé d'autres scénarios, dont en premier lieu une candidature dans le 12e. Une hypothèse qui s'est éloignée, l'équipe de campagne de NKM préférant un centriste ou Franck Margain (PCD), ancien candidat à la primaire parisienne, pour seconder Valérie Montandon (UMP).