Razzy Hammadi: «Les Montreuillois ne comprennent pas pourquoi les villes d'à côté sont plus sûres»

Propos recueillis par Matthieu Goar

— 

Razzy Hammadi, député socialiste de Seine-Saint-Denis,  sera candidat à la mairie de Montreuil en 2014. 
Razzy Hammadi, député socialiste de Seine-Saint-Denis,  sera candidat à la mairie de Montreuil en 2014.  — ALEXANDRE GELEBART/20 MINUTES

Razzy Hammadi fera bien campagne. Jeudi soir, le jeune député socialiste a été désigné par les militants pour tenter de ravir la mairie de Montreuil à Dominique Voynet. Dans cette ville où la droite n’a aucune chance, les partis de gauche vont pouvoir s’expliquer en essayant de ne pas trop s’étriper. Entretien avec le candidat socialiste.

Quelles seront vos thématiques de campagne?

L’éducation, la culture et le développement économique. Ce sont des thèmes qui rassembleront la gauche. Nous sommes dans une ville de plus de 100.000 habitants qui n’a aucun axe de développement économique. La première richesse de Montreuil, ce sont ses habitants. Il faut investir en eux, miser sur leur créativité et développer un environnement favorable. Ubisoft est installé ici, créons des pépinières de startups, formons encore plus les jeunes à l’écriture informatique, créons un festival des arts numériques. Et Montreuil doit se développer comme pole d’attractivité festif et touristique. Aujourd’hui, nous ne captons qu’une portion infime de la manne du tourisme en Ile-de-France, la région la plus touristique du monde avec Paris.

Comment cela?

Il faut travailler nos capacités d’accueil hôtelier mais aussi mettre à niveau notre commerce de proximité. Avoir 10 kebabs qui se suivent dans la même rue ne peut pas être un modèle de développement urbain pérenne. Et pourtant j’aime bien les kebabs. Mais la ville doit avoir une meilleure politique d’aménagement commercial avec une préemption sur certains baux commerciaux et une amélioration de la sécurité.

Candidat de gauche, vous prônez d’ailleurs un renforcement de la vidéosurveillance et faites de la sécurité un axe de campagne…

Ce n’est pas être de gauche que de dire aux gens que les cambriolages et leurs souffrances du quotidien relèvent du fantasme ou de n’avoir aucun diagnostic de sécurité urbain. Cela fait un an et demi que je soulève le problème de l’insalubrité de la rue de Paris où il y a de la prostitution, du trafic de drogue. Les Montreuillois ne comprennent pas pourquoi les villes d’à côté sont moins sales, plus sûres, plus belles. Et pourtant Montreuil est la ville de plus de 100.000 habitants où la fiscalité est la plus haute d’Ile-de-France. Il n’y a pas de fatalité à cela. La vidéoprotection seule ne sert à rien. La mise ne place d’une police municipale doit également aider à résoudre ces problèmes.

Comment avez-vous ressenti la polémique entre Manuel Valls et Cécile Duflot alors que Montreuil accueille une forte population rom?

Au-delà des polémiques nationales, moi je m’intéresse au vécu des Montreuillois. Ils ont porté leur part de solidarité. A Montreuil, il y a plus d’un millier de Roms. Il y a eu des campements illégaux, des expulsions avec des réintégrations en villages d’insertion. Une solution inefficace quand on voit leur coût et le résultat en termes d’intégration familiale. Montreuil ne doit plus tolérer un seul campement illégal. Cela n’est plus possible. La Seine-Saint-Denis, le département le plus pauvre de France, ne peut pas être celui qui accueille le plus de Roms. Entre le précédent maire (Jean-Pierre Brard) qui manifeste devant les villages d’insertion et l’angélisme de l’actuel maire Dominique Voynet, il y a de la place pour une politique équilibrée entre devoirs d’humanité et de fermeté.

Si vous êtes élu, vous cumulerez deux mandats. Quand démissionnerez-vous?

J’aime ma ville et je sais que je suis celui qui est le plus à même de rassembler la gauche. Je me suis battu à l’Assemblée pour que le non-cumul s’applique dès 2014. Si nous devions l’emporter, j’en tirerai toutes les conclusions avec une priorité: Montreuil. Je prendrai mes responsabilités dès que possible. Pas en 2017 mais dans les mois qui suivront l’élection municipale.