Municipales 2014 à Lyon: les Roms s'invitent dans la campagne

SOCIAL Un débat municipal sur le sujet a été organisé...

Elisa Riberry

— 

Près de 2000 Roms vivent en permanence dans le Grand Lyon.
Près de 2000 Roms vivent en permanence dans le Grand Lyon. — C. Villemain / 20 minutes (archives)

Le rendez-vous, fixé ce mercredi par le préfet du Rhône, était réclamé depuis des années. C'est donc avec beaucoup d'attente que les maires du Grand Lyon et les associations invitées par Jean-François Carenco aborderont cet après-midi la conférence d'agglomération consacrée à la question des campements roms. Une problématique qui, malgré la présence permanente de près de 2000 Roms dans le Grand Lyon, a finalement peu évolué.

 

 

Des associations exclues

 

 

«Ce que nous attendons, nous le réclamons depuis des années sur le terrain. A savoir des toilettes aménagées dans les campements, un accès à l'eau potable et le ramassage des déchets, explique Aurélie Neveu, coordinatrice chez Médecins du Monde. C'est le minimum pour que l'état de santé de ces enfants et adultes ne se dégrade pas.» Bernard Genin, maire PCF de Vaulx-Velin où un grand bidonville a récemment été expulsé, compte lui aussi «sur une réflexion pour que des lieux d'accueils viabilisés soient proposés avec une réelle volonté d'accompagner ces personnes dans une insertion sociale et professionnelle».

Des actions concrètes auxquelles certaines associations n'osent plus croire, d'autant que la plupart n'ont pas été conviées à la conférence (hormis Médecins du Monde et Forum réfugiés). «On a envie de penser qu'une véritable réflexion sur le logement ou la scolarisation des enfants va émerger de cette conférence. Mais on craint que cela ne soit que de la poudre aux yeux», confie Anna, membre du collectif Rrom Vaulx-en-Velin. Plus qu'une réelle volonté d'améliorer le sort des Roms, d'autres ne voient dans cette réunion qu'un empressement à apaiser les élus sur une question qui pourrait bien peser dans les municipales. «La problématique des Roms et des campements n'est pas nouvelle. Mais comme par hasard, elle devient urgente à six mois des élections», ironise un militant.

Selon un récent sondage publié par Mag2Lyon, 42 % des Lyonnais interrogés font de la question des Roms l'action prioritaire à mener par le futur maire de la Ville.

 

■ Un programme d'insertion unique

Depuis janvier 2012, 400 Roms ont intégré Andatu 1, 2 et 3, un dispositif unique en France dont la mise en œuvre a été confiée à l'association Forum réfugiés. Une fois dans le programme, ces personnes bénéficient d'un titre de séjour, d'un logement, de cours de français et de formations professionnelles.