Le FN va faire de la campagne pour Paris un «enjeu national»

POLITIQUE Il compte arriver en troisième position...

avec AFP

— 

De gauche à droite, Florian Philippot, Marine Le Pen, Louis Aliot, lors d'une conférence de presse sur l'équipe de campagne de la présidente du Front national, le 6 octobre 2011 à Nanterre.
De gauche à droite, Florian Philippot, Marine Le Pen, Louis Aliot, lors d'une conférence de presse sur l'équipe de campagne de la présidente du Front national, le 6 octobre 2011 à Nanterre. — J. DEMARTHON/AFP PHOTO

Le Front national entend faire des élections à Paris un «enjeu national», la direction du parti d'extrême droite comptant s'impliquer «massivement» pour obtenir un groupe politique au conseil municipal de la capitale, forte d'un récent sondage qui place le FN en 3e position.

«Nous avons très clairement fait le choix de faire de Paris un enjeu national», a déclaré mercredi Florian Philippot, vice-président du FN, lors d'une conférence de presse avec la tête de liste du parti, l'avocat Wallerand de Saint-Just.

«La direction nationale va s'impliquer massivement dans cette campagne», a assuré Florian Philippot, conforté par le sondage Ifop-Fiducial paru dans le dernier Journal du Dimanche qui place le FN en 3e place au premier tour avec 8% ( 3% par rapport en juin) derrière la candidate PS Anne Hidalgo (36,5%) et l'UMP Nathalie Kosciusko-Morizet (35%).

Espoir d'une progression

«Wallerand de Saint-Just est le 3e homme de cette campagne et ce 3e homme va troubler le jeu des soeurs jumelles», a affirmé le vice-président du FN, reprenant l'expression de Marine Le Pen. «Le redoublement d'attaques d'Anne Hidalgo, ses insultes et anathèmes, prouvent un début de panique», a-t-il estimé.

Pour le responsable frontiste, «nous avons fait le choix d'investir les grandes villes et cette stratégie porte ses fruits», citant outre la progression à Paris celle à Lyon (de 9 à 11%) et parlant également, sans citer de chiffres, de Bordeaux, Strasbourg, Reims et Metz.

Wallerand de Saint-Just a constitué durant l'été son «bureau exécutif de campagne». Sa directrice de campagne est Bernadette de La Bourdonnaye, 50 ans, ex-responsable de communication dans un groupe pharmaceutique et candidate dans le VIIe arrondissement.

Bientôt un programme

Deux porte-parole ont été choisis: Charlotte Soula, directrice de cabinet de Marine Le Pen et candidate dans le XVe, et Gaëtan Dussausaye, 19 ans, étudiant en philosophie à la Sorbonne. Jean-Louis Chabaillé, commandant de CRS et candidat dans le XXe, est chargé de l'élaboration du programme.

Ce programme sera présenté début novembre après avoir fait l'objet d'un «séminaire de travail mi-octobre», a précisé Wallerand de Saint-Just.