La nécessaire mutation des écolos pour prolonger le rêve au niveau national

POLITIQUE Pour que leur bon score aux européeennes ne reste pas sans lendemain, ils vont devoir adapter leur modèle et montrer qu'ils peuvent rester unis...

Julien Ménielle

— 

 
  — D. R.

«Rien ne sera plus comme avant.» Daniel Cohn-Bendit a résumé à sa façon la nouvelle donne au lendemain d'un scrutin européen qui a vu Europe Ecologie remporter un succès d'une ampleur inattendue. Mais en politique, comme en amour, le plus dur est de tenir la distance. Et les Verts vont devoir transformer l'essai.

«Reste à savoir comment les Verts vont capitaliser sur ce succès», analysait pour 20minutes.fr le politologue Vincent Tiberj dès l'annonce des résultats, dimanche soir. D'autant que pour ce chercheur à Sciences-Po, les écologistes tirent plus facilement leur épingle du jeu aux européennes qu'aux élections nationales.

Rester unis pour durer

«Exact», reconnaît le directeur de campagne d'Europe Ecologie Pascal Durand, interrogé par 20minutes.fr, et qui annonce qu'«une réflexion est engagée sur la façon de reproduire la même dynamique et la même autonomie au plan national». Daniel Cohn-Bendit lui-même a fixé l'objectif: «Il faut que l'écologie débarque et essaye de s'incruster dans le paysage politique.»

Pour durer, les écologistes devront d'abord faire perdurer ce qui a fait leur succès: l'unité. «Mais il n'est pas dit que les Verts ne retombent pas dans les mêmes travers que d'habitude au niveau national», note Vincent Tiberj. Pascal Durand a déjà son idée.

Un modèle à inventer au niveau national

Selon le directeur de campagne, «les citoyens ont de moins en moins envie de partis au sens traditionnel». Europe Ecologie pourrait donc adapter son modèle pour les régionales de 2010, en «proposant des rassemblements par région» et en s'inspirant de «la démarche du pacte écologique de Nicolas Hulot, dans le champ politique».

Rassembler sous une même bannière les signataires d'une charte, «sans fermer la porte à quiconque», précise Pascal Durand. Eva Joly a d'ailleurs déjà appelé «la famille écologique à se regrouper», tendant la main aux Verts qui «s'étaient trompés» en rejoignant le MoDem. Corinne Lepage et Jean-Luc Bennahmias sont donc les bienvenus. Interrogée par 20minutes.fr, la présidente de Cap21 n'exclue pas cette éventualité, même elle n'envisage pas de quitter le navire orange pour le moment.

Des valeurs et des personnalités pour les incarner

Car au-delà de l'unité, les personnalités ont leur importance. Et Vincent Tiberj rappelle aussi le poids de «l'engagement et de la campagne de Daniel Cohn-Bendit». Pascal Durand en convient, mais souligne la «notioriété acquise» par Yannick Jadot, ou le «travail remarquable» d'Eva Joly, qui selon lui, à l'image de Noël Mamère ou Dominique Voynet, «peuvent incarner à l'avenir les valeurs écologistes».

Les valeurs. Le mot est lâché. «Nous devons continuer à montrer que l'écologie peut porter une pensée et des valeurs autonomes, et proposer des solutions concrètes», estime Pascal Durand. S'il reste à Europe Ecologie à déterminer sa structure au niveau national, l'alliance compte bien rester fidèle à ses engagements, tout en faisant la part belle aux ONG et au milieu associatif.