«Cohn-Bendit nous fait rêver!»

REPORTAGE A la Bellevilloise, dans le 19e arrondissement de Paris, Europe Ecologie fête sa percée aux européennes...

Maud Descamps

— 

 
  — M. D./20minutes.fr
Lire le reportage de notre envoyée spéciale

>>> La carte des résultats, c'est ici


«Ce 7 juin est le D-Day de l’écologie !» Daniel Cohn-Bendit ne mâche pas ses mots. Debout sur l’estrade devant la salle comble de la Bellevilloise, la tête de liste Europe Ecologie en Ile-de-France, crédité de 21% des voix, partage sa victoire avec les sympathisants. Sa liste est devant celle du Parti socialiste.

«Ce qui se passe aujourd’hui en France se passe un peu partout en Europe», lance-t-il à la foule qui l’applaudit et aux dizaines de caméras braquées sur lui. «Nous allons être le moteur du changement». «Dany» annonce d’emblée que si cette soirée est à la fête, demain «il va falloir se mettre au travail». A commencer par mettre en place une alliance anti-Barroso.

«On ne s’est pas trompé de campagne»

Dans la salle, des sympathisants mais aussi de simples électeurs sont venus faire la fête dans le 19e arrondissement de Paris. «Daniel nous fait rêver», confie René, un grand sourire aux lèvres. «On est très contents, Dany a su fédérer, c’est magnifique», ajoute Anne. Dans la salle, impossible de circuler tellement la foule est compacte. Il faut jouer des coudes pour atteindre Yannick Jadot, tête de liste Ouest. Il n’en revient pas. «Ce moment est historique. C’est énorme», lance-t-il.
 
>> A lire également : l’interview de Yannick Jadot, c’est par ici.

Parmi la foule, Noël Mamère, député de Gironde, se félicite de cette percée. «Maintenant il va falloir s’inscrire dans la durée. Mais ces scores montrent bien qu’on ne s’est pas trompé de campagne», souligne le Vert. «Je ne pensais pas, quand on a créé ce mouvement, que la rencontre avec les citoyens puisse être aussi forte».
 
Vin rouge et fromage

A la buvette, on se bouscule pour avoir un verre. C’est gratuit. Certains sont venus «juste pour boire un coup avec les copains». C’est ce qu’explique Arnaud, qui a voté pour le NPA mais il voulait venir tâter l’ambiance à la Bellevilloise. «On voit ce soir qu’Europe Ecologie, c’est l’autre force face au PS», explique le jeune homme de 28 ans, impressionné par la capacité fédératrice du mouvement. «Mais il va falloir rester modeste face à cette immense confiance qui nous a été donnée, prévient Cécile Duflot, porte-parole d’Europe Ecologie, les mois qui viennent vont être très importants pour l’écologie politique».

Au fil des heures, les estimations tombent. Dans la salle de presse, les téléphones portables de l’équipe d’Europe Ecologie ne cessent de sonner. «On est devant le PS dans l’Est! T’as les chiffres pour le Centre ?», lance l’un des militants. D’autres s’imaginent déjà en assistant parlementaire des futurs députés verts. Derrière eux, Noël Mamère commente en direct sur une radio nationale ce raz-de-marée électoral. L’ambiance est euphorique.

Il est 23 heures. L’écran géant affiche une estimation à plus de 16% des voix au niveau national. Applaudissements et cris. «On a gagné, on a gagné», chantent certains. Ce n’est pas fini. La nuit va être longue à la Bellevilloise.