La participation en hausse: 14,81% à midi

EUROPÉENNES remier constat à la mi-journée, l'abstention massive que tous attendaient n'a pas eu lieu...

20minutes.fr avec agence

— 

Une grande majorité des jeunes pensent que la politique "permet de changer les choses importantes" (71%), affirment que le vote est un devoir "important" (92%) et sont favorables à un service civique obligatoire (86%), selon un sondage TNS Sofres-Cidem.
Une grande majorité des jeunes pensent que la politique "permet de changer les choses importantes" (71%), affirment que le vote est un devoir "important" (92%) et sont favorables à un service civique obligatoire (86%), selon un sondage TNS Sofres-Cidem. — Anne-Christine Poujoulat AFP/Archives

Les analystes politiques s’attendaient à ce que les Français désertent les bureaux de vote. Ils n’ont eu qu’à moitié raison. A la mi-journée, la participation en métropole était légèrement supérieure à celle de 2004. Soit 14,81% contre 13,65 cinq ans plus tôt. Pas de quoi crier victoire. Forte de 57,2% d’abstention en France, la journée du 13 juin 2004 établissait un nouveau record avec 45,5% d’Européens absents des bureaux de vote. Avec 47,29% en 1994, 53% en 1999, l’abstention n’a cessé d’augmenter depuis les premières élections européennes de 1979.

Dans la plupart des communes de France, les urnes n’accueilleront plus aucun bulletin de vote dès 18h. Pour certaines grandes villes et en région parisienne, les électeurs auront toutefois un sursis d’une heure ou deux.

Malgré un désintérêt manifeste durant la campagne, ces élections européennes ne seront pas sans impact immédiat sur la politique intérieure française. Un remaniement gouvernemental est à prévoir dans les jours qui viennent, trois ministres briguant un mandat de député européen: Michel Barnier (Agriculture), Rachida Dati (Justice), assurés d'être élus en Ile-de-France, et Brice Hortefeux (Travail), en 3e position dans la région Centre-Massif central.

L’Outre-mer aux abonnés abstentionnistes

Ce dimanche, rappelons-le, les 44 millions d’électeurs français doivent désigner pour cinq ans leurs 72 députés européens, répartis dans huit grandes circonscriptions (13 en Ile-de-France et dans le Sud-est, 10 dans le Nord-ouest et le Sud-ouest, 9 dans l'Ouest et l'Est, 5 dans le Massif Central-Centre et 3 en outre-mer).

En outre-mer, où les premiers votes sont intervenus samedi, la participation a été en baisse par rapport en 2004. Elle est 12,59% en Guyane (contre 14,39%), 14,61% en Guadeloupe, compris Saint-Barth et Saint-Martin (15,28%), 13,83% en Martinique (17,95%), et en très forte baisse en Polynésie française (22,5% contre 39,85%). A Saint-Pierre et Miquelon, le taux a été en hausse avec 21,35% contre 18,25 % en 2004.

Quant aux autres collectivités d'outre-mer (Wallis-et-Futuna, Nouvelle-Calédonie, La Réunion, Mayotte) elles votent ce dimanche comme la métropole. Les premiers résultats seront connus à 22h00.