Cohn-Bendit furieux de la tournure prise par la campagne

EUROPEENNES Le candidat d'Europe-Ecologie rappelle qu'il ne s'agit pas d'une élection présidentielle, pour ou contre Nicolas Sarkozy...

Avec agence

— 

 
  — Charles Platiau / Reuters

Daniel Cohn-Bendit, tête de liste Europe-Ecologie en Ile-de-France, a fait part samedi de sa colère de voir le «débat sur la présidentielle en France» se substituer aux enjeux des élections européennes.

«Le débat sur la présidentielle en France est un détournement de l'élection européenne», s'est insurgé sur Europe 1 le député européen. «On fait un match complètement fou car on n'est pas en situation de se poser la question de qui sera le successeur de Nicolas Sarkozy», a-t-il poursuivi.

Il accuse Bayrou d'usurpation

Sur ce point, il a critiqué sévèrement le président du Modem, François Bayrou qui «n'est pas candidat» aux européennes et «squeeze le débat sur les élections européennes» avec un livre («Abus de pouvoir». «Il y a une usurpation», s'est indigné Daniel Cohn-Bendit, en soulignant que le moment n'était pas à «une élection sur Sarkozy, mais à une élection sur les projets européens».

Il a en outre critiqué l'appel des partis de gauche au «vote sanction» contre Nicolas Sarkozy. «Le mot d'ordre de vote sanction ne veut rien dire, moi je veux un vote pour Europe-écologie, un projet qui se différencie totalement de la politique de Nicolas Sarkozy», a-t-il dit.