Comment reconnaître les produits qui respectent la nature?

ENVIRONNEMENT L'Ecolabel européen n'est pas très connu et concerne peu de produits, mais il offre un minimum de garantie au consommateur...

Aurélie Blondel

— 

 
  — no credit
«Respecte la nature», «biodégradable», «sans phosphate», etc. Les étiquettes vertes se multiplient. Comment choisir les produits qui préservent vraiment la planète? L'Union européenne a mis en place en 1992 son Ecolabel européen, un logo en forme de fleur aujourd'hui présent sur 3000 articles. Objectif: promouvoir des produits qui pèsent moins sur l'environnement en restant efficaces.

Ses atouts
1. Un logo officiel. Face à la multitude des logos des marques et des distributeurs, l'Ecolabel européen est un label officiel. Il est certifié par un organisme indépendant – l'Afnor en France. «Nous contrôlons régulièrement les produits sur le marché et une fois par an chaque site de production», explique Pierre Lebon, responsable d'application de l'Ecolabel européen chez Afnor-Certification.

2.
Les produits concernés. Contrairement aux labels nationaux, la fleur est reconnue dans toute l'UE. Et contrairement aux logos sectoriels (Cosmébio pour les cosmétiques, Clé verte pour le tourisme, etc.), la gamme de produits et services concernés est large – matelas, litières, télés, peintures, liquides vaisselle, filtres à café, hôtels, etc. Un cahier des charges a été établi pour chacun de ces produits.

3.  Une approche globale. L'impact environnemental d'un produit dépend de multiples critères. L'Ecolabel européen prend en compte tout le cycle de vie: extraction des matières premières, fabrication, emballage, transport, utilisation, élimination.
 
Ses faiblesses
1.  Pas assez de produits. Théoriquement, tous les produits peuvent être concernés, sauf les produits pharmaceutiques et alimentaires. Mais reste encore à établir des critères pour de nombreuses catégories. C'est pourquoi il est par exemple impossible de trouver des marques labellisées pour les jouets. Pour d'autres produits, il existe des entreprises labellisées mais trop peu pour avoir le choix. Seulement 5 campings sont par exemple concernés en France.

2. Pas complètement vert. Pour les plus écolos, l'Ecolabel européen ne suffit pas. Ainsi, en matière de détergents, ceux qui veulent éviter au maximum les ingrédients chimiques préfèreront des logos plus stricts comme «Ecocert» ou «Nature et progrès».
 
3. Pas assez connu. Dix-sept ans d'existence n'ont pas vraiment réussi à faire connaître la Fleur. En France par exemple, beaucoup ont découvert son existence en avril, lors d'une campagne télé du ministère du Développement durable.

Les évolutions
Le Parlement européen vient d'adopter une réforme de l'Ecolabel européen. «Il coûtera moins cher aux entreprises», se réjouit Samuel Duhamel, du WWF France.

Une étude va être menée pour savoir si l'Ecolabel peut s'appliquer à l'agriculture et la pêche. «Il s'agira de voir comment on peut prendre en compte l'ensemble du cycle de vie d'un aliment et veiller à ce qu'il n'y ait pas de confusion pour les consommateurs habitués aux logos de l'agriculture biologique», souligne Axel Singhofen, conseiller auprès du groupe des Verts au Parlement européen.