Immobilier: Les prix repartent à la hausse alors que les taux de crédit sont au plus bas

IMMOBILIER Dans un contexte favorable, les acquéreurs sont de plus en plus nombreux…

M.B.
— 
Illustration d'un couple consultant les annonces d'une agence immobilier.
Illustration d'un couple consultant les annonces d'une agence immobilier. — GILE/SIPA

Du jamais vu. Mois après mois, les taux de crédit baissent. « Cela ne s’arrête plus. Les banques semblent toujours aller plus loin dans la course au meilleur taux », souligne Cécile Roquelaure directrice des études chez Empruntis. Selon le courtier, un crédit immobilier de 200 000 euros sur 20 ans coûte 55 069,54 euros de moins aujourd’hui qu’il y a cinq ans.

Ainsi, « les bons revenus peuvent ainsi emprunter à partir de 1,15 % sur 15 ans, 1,41 % sur 20 ans et 1,56 % sur 25 ans soit des taux entre 15 et 20 centimes inférieurs par rapport au mois de mars. Les dossiers dits moyens bénéficient de baisses semblables avec des taux désormais affichés à 1,80 % sur 15 ans, 2,10 % sur 20 ans et 2,30 % sur 25 ans. »

« Ce régime réveillerait un mort »

« La baisse des taux est si puissante et le coût du crédit tellement faible que ce régime réveillerait un mort », renchérit Sébastien de Lafond, président de Meilleursagents.com.

En effet, pour relancer l’activité économique, la Banque centrale européenne a drastiquement baissé ses taux d’intérêt. Résultat, « les banques qui empruntent à des taux très bas et prêtent ensuite, aux particuliers, à des taux très bas », explique Meilleurtaux.com.

Dans ce contexte favorable, les acquéreurs sont de plus en plus nombreux. Au premier trimestre, le réseau Guy Hocquet, a constaté une hausse des transactions de 2,5 %. Même son de cloche chez Century 21 où au cours des 12 derniers mois, le nombre de transactions a grimpé de 12,1 %. En 2015, les transactions dans les logements anciens avaient d’ailleurs déjà augmenté de 15,7 % selon selon l’indice Notaires-Insee.

Le vent semble tourner

Outre des taux bas, les acheteurs profitent de la baisse des prix : -5,1 % entre 2012 et 2015 selon Century 21. Et même de 11 % à Paris depuis le pic de juillet 2011 d’après de Meilleursagents.com.

Mais le vent semble tourner. Fin février, l’indice Notaires-Insee soulignait que les prix des logements anciens en France avaient progressé de 0,5 % au quatrième trimestre 2015 par rapport au trimestre précédent avec même une hausse de 0,6 % pour les maisons, du jamais vu depuis 2012.

« Après une baisse ininterrompue depuis quatre ans, la courbe des prix s’est inversée », constate désormais Laurent Vimont, président de Century 21 France. «« Le grand enseignement de début 2016, c’est que les prix ne baisseront plus et devraient même augmenter. Le marché, toujours marqué par une pénurie de logements, une demande supérieure à l’offre, et des taux d’emprunt exceptionnellement bas, est en faveur d’une tendance haussière », estime Fabrice Abraham, directeur général du réseau Guy Hoquet. Et la hausse semble plus importante à Paris quand province avec une hausse de 2,5 % à 8319 euros le m2 d’après les calculs de Century 21.