De l'importance du bilan pour évoluer

— 

Meilleur moyen pour faire le point sur ses aptitudes et ses aspirations professionnelles : effectuer un bilan de compétences. Ses conclusions aident à déterminer à quelles évolutions professionnelles prétendre, quelle formation viser pour dynamiser sa carrière ou quelles voies de reconversion envisager. Ce dispositif, qui fête ses 20 ans cette année, séduit une majorité de femmes : selon une étude de la Dares datant de 2005, elles représentaient 60 % des bénéficiaires de bilans en 2003. Selon la même étude, plus de la moitié des personnes optant pour ce dispositif étaient des employés,16%des cadres, 14 % des techniciens et 10 % des ouvriers.
Un bilan s’étale en moyenne sur six à huit semaines et comprend douze heures d’entretiens individuels avec un consultant et quatre à six heures de travaux personnels. Lors de la phase dite « préliminaire », le consultant explique saméthode de travail et interroge le bénéficiaire sur ses motivations.Pendant la phase d’investigation, le salarié ou le demandeur d’emploi qui effectue la démarche identifie ses points forts, ses lacunes et ses ambitions professionnelles. Pour cela, il passe des tests de personnalité, peut participer à des mises en situation et creuse ses réflexions lors d’entretiens avec son consultant. En conclusion, il fait le point sur ses recherches et planifie les étapes de son projet. Au final, un bilan peut conduire à des choix aussi variés que suivre une formation,changer de métier, passer un concours administratif, ou créer son entreprise…


Delphine Bancaud