« J'ai obtenu une augmentation »

©2006 20 minutes

— 

Je suis parti deux ans à Sydney en Australie d'où je suis revenu il y a six mois, raconte Josselin du Plessis, manager chez Deloitte. Avant mon départ, mon entreprise m'a assuré que je pourrais réintégrer ses murs au grade auquel j'aurais pu prétendre en restant en France. Je n'avais donc pas de réelles inquiétudes quant aux conditions de mon retour. Pour autant, j'ai voulu baliser le terrain quelques mois avant de regagner la France. J'ai donc passé en revue avec mon responsable en France mes nouvelles compétences et mes aspirations professionnelles. Je lui ai notamment fait part de mon souhait d'assumer des missions de conseil informatique à mon retour. Ce voeu a d'ailleurs été exaucé. Je n'ai pas non plus eu à batailler pour faire reconnaître mon expérience à l'étranger car j'ai obtenu une augmentation de salaire substantielle à mon retour. Il a été moins évident, en revanche, de faire comprendre à mes collègues que ce voyage m'avait profondément transformé. Pas facile non plus de se réacclimater à un rythme de travail latin où l'on reste au bureau jusqu'à 20 heures car l'on passe un certain temps à discuter avec ses collègues. En Australie, les journées de travail sont plus courtes car chaque minute est optimisée. Enfin, quel choc de redécouvrir l'hiver parisien !