Gérer son retour d'expatriation

©2006 20 minutes

— 

Regagner son pays après avoir vécu plusieurs années à l'étranger est loin de couler de source. Principaux problèmes que l'expatrié doit affronter : retrouver un emploi dès son retour ou réintégrer l'entreprise pour laquelle il est parti en valorisant son expérience à l'étranger. Idem pour son conjoint. Autre difficulté, « l'expatrié subit ce qu'on appelle un choc culturel inverse : il doit se réacclimater à son pays, accepter dans certains cas de voir son pouvoir d'achat diminuer et de retrouver un style de vie plus monotone. Par ailleurs, son expérience à l'étranger l'ayant transformé, il se trouve souvent en décalage avec ses collègues », explique Isabelle Elie qui gère la mobilité internationale des salariés d'Alstom Power. Sans oublier les questions pratiques telles que la recherche d'un logement, l'inscription à l'école des enfants et les démarches administratives. Pour que cette période de transition se passe le mieux possible, il est nécessaire d'anticiper les difficultés. Premier impératif : « Un an avant de rentrer, l'expatrié doit faire le point avec le DRH de son entreprise pour envisager ses conditions de réintégration et exprimer ses souhaits d'évolution. S'il souhaite changer d'employeur, il doit commencer ses recherches six mois avant de regagner son pays », affirme Isabelle Elie. Il est donc nécessaire de ne pas avoir coupé les ponts avec la France : « Le fait de posséder un réseau facilite beaucoup la réintégration de l'expatrié car il peut se tenir informé d'éventuelles opportunités professionnelles », insiste Isabelle Elie.

Delphine Bancaud

92 % des expatriés se disent préoccupés par l'intérêt du poste que leur entreprise leur proposera à leur retour. Source : étude Ernst & Young Société d'Avocats.