Trois dirigeants se confient sur leur première fois

— 

Comment ont-ils décroché leur tout premier job ? Coup de chance, culot ou huile de coude, 20 Minutes a rencontré trois dirigeants qui racontent leurs expériences respectives.

Anne-Laure Constanza, d'Envie de Fraises, a proposé un projet
« A la fin de mes études, je voulais travailler dans une maison de couture. J'ai donc postulé auprès des directeurs commerciaux des 14 établissements français en leur expliquant pourquoi il était opportun de se lancer à ce moment-là sur le marché chinois. Le tout en mettant en avant que je parlais chinois. Ma lettre est arrivée entre les mains du président de l'entreprise Jean-Louis Scherrer. Il m'a reçue, j'ai pu lui exposer ma vision du marché chinois, j'ai été embauchée. Ce sont les jeunes qui ont de l'audace qui sortent du lot aujourd'hui. »

Pierre Kosciusko-Morizet, de PriceMinister, y est allé au culot
« Lors d'un forum école-entreprise, j'ai croisé un recruteur d'une grande banque qui me proposait un poste. J'ai décliné poliment car je voulais monter ma boîte. Or, un an plus tard, mon aventure d'entrepreneur a tourné court. J'ai donc recontacté directement ce recruteur en lui faisant part de ma disponibilité. Mon culot a finalement payé puisque j'ai été embauché. J'y suis resté un an avant de repartir dans une autre aventure entrepreneuriale. »
Dieynaba Bakiri, de Colorii,

a mis le paquet durant son stage.
« Lors d'un forum école, j'ai été séduite par les valeurs de Schlumberger, notamment sur le thème de la diversité. J'ai alors récupéré le book des stages et postulé dans cette entreprise. J'ai été sélectionné pour débuter par un stage en Angleterre, puis en France. Durant ces périodes, je me suis surinvestie dans le boulot afin de montrer que je savais déjà me comporter en vraie professionnelle et que j'adhérais aux valeurs de l'entreprise. Bilan, j'ai décroché un contrat d'embauche avant même la fin de mon stage. Ces opportunités sont des moments idéals pour montrer ce que l'on est capable d'apprendre et de faire au quotidien. » S. L.