Aux petits soins des bambins

©2006 20 minutes

— 

Sebastien Ortola/20 Minutes

La profession de puéricultrice est encore méconnue : le grand public ignore bien souvent que cette professionnelle de la petite enfance est le plus souvent infirmière de formation. Veillant au bien-être, à la santé et à l'éducation des petits, elle exerce à l'hôpital, en crèche ou dans des écoles de santé...

Ses missions

Infirmière pendant dix ans, Claire Delmas est devenue puéricultrice en 1991. « Ayant travaillé pendant quatre ans en pédiatrie, j'avais envie de mieux connaître l'univers de la petite enfance », raconte-t-elle. Aujourd'hui directrice d'une crèche départementale à L'Haý-les-Roses (Val-de-Marne), elle encadre vingt-deux salariés. Son premier réflexe : faire le tour de la crèche pour prendre connaissances des recommandations données par les parents. « Il est essentiel de savoir quels enfants sont malades, quels médicaments doivent être donnés, quels aliments sont à éviter... », note Claire Delmas.

De retour dans son bureau, elle s'attelle à des tâches administratives, que ce soit la commande de matériel, la programmation de travaux au sein de la crèche, l'encaissement des participations financières des parents ou encore l'envoi de courriers.

Ayant l'obligation de définir un projet socio-éducatif d'établissement, Claire Delmas organise régulièrement des réunions avec ses équipes. « Ce travail de réflexion nous permet d'améliorer les conditions d'accueil des enfants. Nous avons par exemple réfléchi à l'organisation des repas préparés sur place et avons mis en place une période d'adaptation pour les enfants nouvellement inscrits à la crèche. » Claire Delmas participe aussi aux commissions d'attribution des places en crèche ainsi qu'à des réunions avec les services sociaux.

Les débouchés

Près de la moitié des puéricultrices exercent à l'hôpital (en maternité, pédiatrie, néonatologie, chirurgie infantile...). Les autres travaillent en protection maternelle et infantile (PMI) et en structures d'accueil des enfants (crèches, haltes-garderies) ou sont formatrices dans des écoles de santé. Il manque des puéricultrices dans tous ces secteurs et sur tout le territoire.

Les salaires

En début de carrière, une puéricultrice touche en moyenne 1 800 euros brut mensuels.

Delphine Bancaud