Fonds de commerce

© 20 minutes

— 

Redoutés par certains, considérés comme des alliés par d’autres, les conseillers de clientèle bancaires ne laissent pas indifférent. D’où la nécessité pour ces professionnels de jouer de leurs qualités relationnelles pour tisser des liens de confiance avec leurs clients. n Les missions Crédits à la consommation ou immobiliers, placements boursiers, assurances vie, aide à l’acquisition d’habitation ou de voiture, plans d’épargne logement, Livret A, Codevi : voici quelques-uns des produits et services que Christelle Fournier, conseillère de clientèle à l’agence BNP Paribas de Saint-Lazare-Haussmann, à Paris, propose régulièrement à ses interlocuteurs. Disposant d’un portefeuille de 500 clients, elle doit à la fois les aider à gérer au mieux leurs avoirs, mais aussi les assister dans la réalisation de certains projets. « Entre mes rendez-vous clients, les appels et les mails que je reçois, je passe sans arrêt du coq à l’âne. Mes clients étant majoritairement des jeunes actifs, leurs demandes portent le plus souvent sur des crédits immobiliers. Par ailleurs, ils sont très souvent intéressés par des solutions d’épargne défiscalisée », souligne Christelle Fournier. Pour assurer le suivi des comptes de ses clients, la conseillère s’appuie sur l’outil informatique : « Je dispose d’un système d’alerte qui m’indique lorsqu’un client effectue des opérations bancaires inhabituelles ou lorsque son compte est à découvert au-delà des limites autorisées. » Dans ce dernier cas, Christelle Fournier décroche son téléphone pour demander de plus amples informations à l’intéressé et chercher avec lui une solution. Par ailleurs, sans pour autant faire de la prospection par téléphone, Christelle Fournier incite ses clients à lui présenter des amis... n Les débouchés Ils sont nombreux. D’autant plus que les banques doivent préparer la vague massive de départs en retraite de la génération du baby-boom. n Les salaires Ils sont composés d’un fixe et d’une part variable qui dépend de la réalisation des objectifs fixés annuellement. Celle-ci peut représenter jusqu’à 25 % de la rémunération du conseiller. En début de carrière, un conseiller de clientèle peut ainsi toucher de 1200 E à 2000 E brut par mois.