Les avantages du dispositif pour l’entreprise «essaimeuse»

© 20 minutes

— 

Si l’intérêt de l’essaimage pour les porteurs de projets saute aux yeux, il paraît moins évident pour les entreprises. Celles-ci tirent des bénéfices de cette pratique qui n’est pas purement philanthropique. Tout d’abord, elle permet de valoriser l’image de marque d’une société. Grâce à l’essaimage, le goût du risque et de l’initiative des salariés est stimulé. C’est donc un bon moyen d’attirer des cadres au profil d’entrepreneur. D’autres entreprises utilisent l’essaimage en accompagnement de plans sociaux : les salariés dont l’emploi est menacé peuvent ainsi se reconvertir. L’essaimage permet enfin à une société désireuse de se recentrer sur son coeur de métier de transférer un de ses brevets technologiques à un salarié. Ce dernier l’exploitera alors au sein d’une nouvelle structure, en bons termes avec son ancienne maison.

Qui sont les « essaimeuses » ? L’association pour la création d’entreprises (APCE) a identifié plusieurs groupes pratiquant l’essaimage. Parmi eux figurent La Poste, Sanofi-Aventis, le Crédit Lyonnais, la Société Générale, Lafarge, Saint-Gobain, le CEA, France Télécom, Giat Industries, EDF, GDF, LVMH, Snecma, Pechiney, Schneider Electric, IBM, Renault, EADS, Alcatel, Thales, la SNCF, les Charbonnages de France, Total-Fina-Elf, Dassault, Air France...