Les sprinters de la vente

© 20 minutes

— 

Culte du corps, besoin d’évacuer le stress, augmentation du temps libre consacré aux loisirs grâce à la mise en place des 35 heures : voilà quelques- uns des facteurs qui expliquent l’engouement des Français pour le sport ces dernières années. Bénéficiant de ce contexte favorable, les enseignes spécialisées affichent une belle santé et proposent de nombreux postes de terrain. ■ Les missions A seulement 26 ans, Stéphanie Aja est à la tête du département chaussuressports collectifs du magasin Go Sport de l’avenue Daumesnil, dans le 12e arrondissement de Paris. Chaque année, la jeune femme doit œuvrer pour faire fructifier le chiffre d’affaires des rayons dont elle a la charge: « Pour 2004, l’objectif a été fixé à 1,5 million d’euros » , précise- t- elle. Pour relever le défi, Stéphanie Aja s’appuie sur son équipe, composée de six vendeurs. En véritable manager, elle organise les plannings de travail de ses collaborateurs, les forme aux nouveaux produits et veille à ce qu’ils offrent un service optimal à la clientèle. Loin de se contenter de jouer les chefs d’orchestre, elle prête main forte à son équipe pour prendre en charge les clients et faire en sorte qu’ils ne repartent pas les mains vides. Par ailleurs, la jeune femme doit gérer les stocks afin que la marchandise se trouve en quantité suffisante dans les rayons. A elle aussi de prévoir le meilleur agencement possible des articles. Enfin, en tant que responsable hiérarchique, elle se doit aussi de veiller à l’évolution de ses collaborateurs : « J’établis leur plan de carrière et je donne au directeur du magasin mes préconisations quant à leur progression. » ■ Les débouchés : Décathlon, Intersport, Go Sport, Sport 2000, Super sport… Ces grandes enseignes implantées dans de multiples régions françaises cherchent en permanence de nouvelles recrues. ■ Les salaires : Les animateurs de rayon ont le statut cadre et touchent une rémunération composée d’un fixe ( de l’ordre de 1 800 à 2 000 € bruts chez Go Sport) et d’une part variable dépendant des résultats obtenus par leur département et leur aptitude à manager. De plus, ils touchent généralement une prime d’intéressement et une participation aux bénéfices de l’entreprise.

Stéphanie Aja, chef de rayon à Go Sport - les satisfactions « C’est le métier idéal si l’on est féru de sport et que l’on possède la fibre commerciale. Autre intérêt: il permet à des jeunes cadres d’assumer de réelles responsabilités et de bénéficier de belles perspectives d’évolution » , indique Stéphanie Aja. - les contraintes « La pression est importante, surtout pendant les soldes, à la rentrée et à Noël. Si nous ne sommes pas performants à ces moments- là, les objectifs annuels pourront difficilement être atteints. Lors de ces périodes, il n’est pas rare d’enchaîner onze heures de travail. »