Rodolphe Studer, conseiller commercial

© 20 minutes

— 

« Voir un client repartir avec le sourire aux lèvres quand on a su satisfaire sa demande est très gratifiant. Mais ça l’est encore plus lorsqu’il revient quelques années plus tard pour effectuer un nouvel achat », affirme Rodolphe Studer. les contraintes « Chaque mois, je repars de zéro et je dois remporter un nouveau défi. Lorsque le 10 du mois, aucune vente n’a été signée, cela procure un stress certain. Ce métier est très prenant car l’on travaille de 8 h 30 à 19 h 30, cinq jours par semaine », déclare le jeune homme.