« Nous comptons proposer davantage de formations »

— 

S. POUZET / 20 MINUTES

La grève des agents de Pôle emploi pour protester contre leurs conditions de travail, en juin dernier, a été suivie par 14 % d'entre eux. Quelles mesures avez-vous prises pour améliorer la situation ?

Cette grève n'a mobilisé qu'une partie limitée du personnel. Cependant, il est vrai que les agents doivent assumer une surcharge de travail due à l'importante augmentation du chômage ; certains suivent ainsi jusqu'à cent demandeurs d'emploi chaque mois. Pour les aider, 1 840 postes de conseiller et 500 emplois sur la plate-forme téléphonique vont être créés.

Ces recrutements suffiront-ils ?

Je le crois, d'autant que nous disposons d'autres moyens de prise en charge des chômeurs : les opérateurs privés de placement, l'Apec et les missions locales. Les premiers prendront en charge cette année entre 150 000 et 170 000 demandeurs d'emploi en grande difficulté, contre 40 000 en 2007-2008. Et si ces moyens ne s'avèrent pas suffisants, nous retournerons devant le conseil d'administration de Pôle emploi. Quant aux nouveaux postes sur la plate-forme téléphonique, ils devraient permettre d'améliorer la qualité de service et de faire aboutir 90 % des appels des demandeurs d'emploi, contre 70 % aujourd'hui.

Selon les syndicats, la formation des agents à un métier qui n'était pas le leur a été effectuée au pas de charge. Prévoyez-vous de leur dispenser des compléments de formation ?

Environ 13 000 personnes ont suivi la formation au métier de conseiller personnel et l'évaluation de cette formation a montré que les agents en étaient très satisfaits. Mais une fois formés, ils ont besoin de mettre en pratique leurs savoirs en travaillant aux côtés d'un tuteur. Et bien évidemment, des compléments de formation seront proposés aux agents au cours de l'année 2010-2011.

Notre sondage indique que 46,8 % des Français estiment que les chômeurs ne sont pas aidés efficacement pour leur retour à l'emploi. Que leur répondez-vous ?

Nous avons encore des progrès à faire dans ce domaine. Mais il est difficile de proposer des emplois alors que nous avons recueilli 25 % d'offres en moins par rapport à l'an dernier. Pour en collecter davantage, nous avons mis en place dès janvier des équipes de prospecteurs dans les régions. Nous envoyons aussi régulièrement des e-mails aux entreprises pour leur présenter nos services. Par ailleurs, nous comptons proposer davantage de formations pour permettre aux chômeurs de rebondir le plus vite possible.

D'autres se plaignent de ne pouvoir être reçus sans rendez-vous...

Vaut-il mieux venir à Pôle emploi spontanément et attendre deux heures ou prendre rendez-vous ? Par ailleurs, il est toujours possible d'être reçu par un conseiller pour poser une question simple sur son dossier ou demander une attestation.

Quand allez-vous proposer des cartes prépayées aux demandeurs d'emploi en grande difficulté financière afin de leur éviter de payer les appels au 3949 ?

Nous allons expérimenter ce dispositif dans quelques régions à l'automne et si cela se passe bien, nous le généraliserons.

L'objectif de la mise en place du référent unique d'ici à la fin 2009 va-t-il être reculé ?

Nous avons pris un peu de retard dans l'installation des sites mixtes - réunissant des agents issus de l'ANPE et de l'Assedic - car nous avons longuement discuté avec les instances représentatives du personnel. Mais aujourd'hui, le déploiement reprend à un rythme accéléré et 80 % des sites seront mixtes fin septembre. Au fur et à mesure, nous mettrons donc en place les conseillers uniques. W

Recueilli par D. B.