« Aujourd'hui, j'ai repris confiance en l'avenir »

— 

« Avant de signer un contrat d'insertion, j'étais un peu perdu, confie Nassim Arfaoui, 29 ans. Après avoir redoublé plusieurs classes, j'ai finalement arrêté mes études en 2002 après mon échec au bac. De là, s'est ensuivie une longue période où j'ai exercé différents boulots : serveur dans un restaurant, caissier dans un supermarché, manutentionnaire... Au bout du compte, je suis devenu RMiste pendant un an et demi. C'est alors que mon consultant ANPE m'a orienté vers une entreprise d'insertion, l'Usine [restaurant et lieu de réception situé à Saint-Denis]. »

« En janvier 2008, j'ai donc passé un entretien avec la responsable de l'événementiel. Je l'ai convaincue de m'embaucher en faisant valoir ma polyvalence et ma motivation. Deux jours plus tard, je démarrais mon contrat. La responsable du restaurant d'affaires m'a pris sous son aile pour me former au service. Au début, j'étais un peu timide, mais j'ai pris peu à peu confiance en moi. Je compte rester encore quelques mois à l'Usine pour peaufiner mon sens de l'accueil des clients et ma connaissance des vins. Ensuite, j'aimerais voler de mes propres ailes pour devenir responsable d'une équipe de serveurs dans un restaurant. Ce sera aussi le moyen de gagner plus car, actuellement, je ne touche que le smic. Je ne redoute pas ce départ, car aujourd'hui, j'ai repris confiance en l'avenir. » W

Recueilli par D. B.